#GABON: Torture, and barbaric and inhumane treatment of students by counter-intelligence officers

GABON: Torture, and barbaric and inhumane treatment of students by counter-intelligence officers

The trial of Ondo OBAME Nicolas, president of the Students Mutual of Omar Bongo University and his colleagues, who were arrested on 17 and 18 December 2014 gave lawyers the opportunity to expose this Tuesday, January 20, 2015, at trial court in Libreville, torture and other inhuman treatment of detainees regularly by so-called Judicial Police Officers (JPOs), from the prosecutor’s office to gabonese prison settings. Those inhuman treatments were raised during procedures of nullity presented by councel Paulette Oyane Ondo and supported by her colleagues defense attorneys, Gisèle Eyué, Nkoulou Ndong and Moumbembé. The account of facts by Paulette Oyane Ondo (defense lawyer for the students) gave cold back to all those who were in the courtroom, shed in tears for sensitive souls present, except the one of the attorney general (or public prosecutor, Ms Ouwé) and her substitutes, for whom the abuse suffered by these students seemed to be made only of cat pee. Normal as one would say, an executioner has never pitied the victims.

According to councel Paulette Oyane Ondo, everything starts on December 17, 2014, the day of the arrest, when in the state prosecutor’s office, young Nicolas Obame Ondo and Mint’O Ella Duphy are riddled with abuse, strip-searched, and their personal belongings taken. While a JPO executed this dirty work, a phone rings in a pocket of one of the students, and state attorney directs JPOs to break it off. One put the phone down and crushed it with his rangers boots. The state prosecutor asked the two students to take their shoes off, then ordered that they be handcuffed and escorted by police at the courthouse where they are thrown into a cell as taro bags. Stripped and left in their underwear, they had to sit on the floor in a cell so dirty it is unlivable for every human.

Nearly two hours later, they were dressed again, handcuffed and taken to the central prison by the judicial police armed to the teeth. There, they are again stripped, put down on their knees, faces against the ground, handcuffed behind their back and they remained in this position for another 2 hours, before being transferred to the General Directorate of the Counter-intelligence and Military Security (so-called B2), where they will receive a serious a beating several times a day, undergoing treatments alternating between beatings, abuse of all kinds, death threats and psychological lowering. This, from 17 to 29 of December 2014, fed with canned sardine and a small piece of bread thrown on a floor infested by urine and all kinds of parasites; same as some would do for animals.

Because of that torture, Nicolas Obame Ondo had developed pleurisy, his repeated requests for doctor visit were denied, until he was brought to the military hospital much later. As for Ella Minto’o Duphy, it will be suffering from acute dysentery contracted three days after arriving at B2, but was taken to the military hospital on 23 December 2014. It is not healed up ‘to date. On December 18, 2014, following a telephone call from Nicolas Obame Ondo under threat, around 9 am, asking them to bring him some food in emergency, young Obame Mebiane Edvin Ballack and Lionel Ella Engongha responded to the request of their colleague. But once in the premises of B2, they are themselves taken to the office of a JPO who threatened them, and eventually the students were undressed and thrown in isolated cells in panties. At 2 am, Nicolas Obame Ondo and Lionel Ella Engongah are driven forcibly in the office of a JPO where Lionel ELLA ENGONGAH is summoned to grovel, while being beaten with belts by two officers on the orders of the JPO, and then returned to the cell.

This kind of treatment meted out to them every day until December 20, when one of them was awakened in the middle of the night by two police officers that enter the cell. One steers him a gun to the temple while the second subjected him to unspeakable acts of barbarism (sodomy) worthy of Sodom and Gomorrah which prejudice is shown in the photo below. He was threaten of death if he ever talks about what just happened to him.

Police_Torture_Etudiants_01

Regarding Obame Mébiane Edwin Ballack, he will suffer the same inhuman treatment. As Lionel Engongah Ella, will be copiously beaten the first day, and the second, until he went into a coma. Although he was in such a weak state, his torturers who believed he was playing comedy, continue to beat him from all sides, before realizing that he is becoming inert. Fearful of having finally killed the student, the torturers carried him at night to the Army’s hospital. This is why rumors about his death spread in all Libreville and social media. Shocked by his condition, the doctor who treats the student recommended that he never be put in confinement again, and prepared a report for this purpose, the counter-intelligence (B2) authorities completely ignored the doctor’s recommendations. Edwin Ballack was sent back to jail until December 29, 2014 at 11 pm, at which time he was put before the State Prosecutor, together with his colleagues after an illegal custody of 12 days, and 13 days for Nicolas Ondo Obame and Mint’O Ella Duphy in complete violation of Article 50 paragraph 3 of the gabonese Penal Code.

Incarcerated in secrecy, the students had no right to visit; nor their families nor their lawyers, suffering inhuman and degrading treatment prohibited by both the Code of Criminal Procedure of Gabon (Article 50 paragraph 3 and Article 53) and by the provisions of the international law of human rights which Gabon is a signatory. This treatment is considered torture, including Article 5 of the African Charter on Human Rights and Peoples, as well as the Declaration on the Protection of All Persons against Torture and Other Inhuman or cruel, inhuman or degrading treatment described as torture: “any act by which severe pain or suffering, whether physical or mental, is intentionally inflicted on a person by agents of the public service or at the instigation for such purposes obtaining from him or a third person information or a confession, punishing him for an act he has committed or is suspected of having committed, or intimidating him or others. ”

This is the ordeal of these students, in Gabon’ jails, a so-called «state of laws», without any emotion or sympathy from «Madam the State Prosecutor» and her substitutes whose primary mission is the promotion and defense of human rights, regardless of the social status of the person. Yet behind such horror and bestiality, they show different faces: one in public speeches and in front of television cameras, another in secrecy within Gabon’s jail system. Here are some silly questions, silly but useful:

• Why Judicial Police Officers (JPOs) of counter-intelligence police (B2) who say they have completed the hearing minutes on Dec. 17? Did they wait 12 or 13 days before presenting the students to the state prosecutor?
• Who did they get permission from to keep them in custody, beyond the legal time and why?
• These practices appear to be regularly used in the prison system, do they started only in December 2014? And would they be totally unknown for prosecutors, hierarchies of the gendarmerie, police and the Ministry of Justice?
• Would a judiciary or court system concerned about rendering Justice give any value to confessions obtained under torture and open a debate on such a biased background?

The court decided to join the merits, the procedural invalidity raised by the defense and to decide at a future hearing. But the defense has decided to appeal. Hope that the appeal court will give due to students’ lawyers, for the prosecution and the JPOs of Gabon to no longer feel entitled to violate the code of criminal procedure and human rights within the prison system.

Translated from text by Marcel Djabioh in french

#Gabon: Sidonie Flore Ouwé, procureur de la présidence, serait-elle prise au cou?

Mme Sidonie Flore Ouwé serait-elle prise au cou ?

Sidonie_OuweA observer le caractère inédit du procès des cent un prisonniers politiques arrêtés arbitrairement le 20 décembre 2014 au deuxième et au troisième arrondissement de Libreville, puis séquestrés par la police avant d’être transférés et détenus arbitrairement à la prison centrale du 24 décembre 2014 au 15 janvier 2015, on serait tenté de croire que Mme Sidonie Flore Ouwé est désormais le petit doigt, derrière lequel veut se cacher le pouvoir.

En effet, l’année dernière, au motif qu’ils auraient participé à une manifestation interdite qui du reste ne s’est pas tenue, plus d’une centaine de personnes ont été arrêtées, torturées et arbitrairement privées de leur liberté.

De mémoire de gabonais, c’est la première fois dans l’histoire du Gabon, qu’autant de personnes sont arrêtées au cours d’une descente des forces de l’insécurité et de la défense du pouvoir. Cela ne s’est vu ni après le coup d’état de 1964, ni lors des événements de la grade routière en 1981, ni pendant les manifestations de 1989, 1990 lors de l’assassinat de joseph Rendjambé Issani, ni pendant les émeutes post électorales de 1993, pas même à Port-Gentil, suite du coup d’état électoral de septembre 2009, qui porta Bongo Ondimba II au pouvoir. Un tel coup de filet vaudrait bien du galon à ses auteurs, en tête desquels Mme la procureure ! Ce qui pourrait justifier les atermoiements que l’on a pu constater dans ce ridicule procès de la honte.

Selon des sources concordantes, un plan d’enlèvement d’un certain nombre de leaders du FUOPA avait été orchestré par le pouvoir, pour être exécuté dans la nuit du 19 au 20 décembre 2014. Il fallait cependant, trouver un motif, et c’est à dessein que l’interdiction du meeting du 20 fut annoncée la veille, après le journal de 20h sur la chaîne publique peu suivie, rtpdg. Pendant ce temps, des équipes de la police judiciaire commises à la mission, rendaient visite aux leaders visés, à l’exemple de Luc Bengono Nsi chez qui les agents n’ont malheureusement trouvé que son fils, lui-même étant absent de son domicile. Quand à Jean Ping, ce fut grâce à ses agents de sécurité qui réussirent à surprendre les agents et à ex filtrer leur patron de son domicile, qu’ils n’avaient pas pu lui mettre la main dessus. Quelques jours avant, l’on signalait déjà la présence d’individus poster aux alentours des domiciles de certains leaders du front.

Ce plan d’enlèvement ayant échoué, restait une arrestation de ces ennemis pendant la manifestation. D’où l’intervention musclée de la police à l’église St. Michel où les leaders du front devaient prendre leur départ en direction de Rio. Arrivés malheureusement avec un peu de retard, les agents de la Brigade Anti Criminalité, armés jusqu’aux dents, n’ont trouvé sur les lieux, que le compatriote Francis Edou Eyene, membre du Front, qu’ils ont embarqué comme un vulgaire voyou, malgré l’opposition du curé de la paroisse et l’inviolabilité de ce lieu de culte, ambassade du Vatican.

Les forces du désordre pilotées depuis un PC crise installé à la présidence, ayant à nouveau échoué, ordre est donné d’embarquer le maximum de personnes retrouvées dans les environs de Rio, Stfo, Pk5, Venez-voir, Avea etc. et de convoquer les leaders du Front à la police judiciaire pour audition, afin d’être présentés au parquet pour mise sous mandat de dépôt. Ces derniers ayant exigé d’être auditionnés au bureau de Mme la procureur, la police demande la conduite à tenir au PC crise qui répond aux abonnés absents. La suite nous la connaissons. C’est ce ridicule procès de la honte dans lequel le parquet a failli embarquer la justice gabonaise, n’eut été l’objectivité du siège qui a prononcé la libération pure et simple des victimes de l’arbitraire.

Toute occasion étant bonne pour rattraper les coups ratés, le parquet de la présidence, sans gêne aucune, saute désormais sur le vandalisme perpétré au domicile de Mr Ping, pour l’accuser d’arrestation, de séquestration arbitraires ; de tortures et de traitements inhumains sur les vandales. Prétexte fallacieux que le parquet aura du mal à prouver. Comme quoi, “qui noie son chien, l’accusé de rage”. Reste à savoir quelle sera la réaction des partisans du front, si jamais…


Affaire à suivre.

#Gabon: le domicile de l’opposant Jean Ping attaqué à Libreville (RFI)

Gabon
Publié le 12-01-2015 Modifié le 12-01-2015 à 22:12

Gabon: le domicile de l’opposant Jean Ping attaqué à Libreville

#Gabon: Attaque sauvage à la résidence de Jean Ping: Les Souverainistes réagissent

Logo_UN
Communiqué du mouvement “Les Souverainistes”
Libreville, 12 Janvier 2015
Le mouvement “Les Souverainistes” observe, pour le déplorer et le condamner, que le Pouvoir illégal et illégitime d’Ali Bongo s’installe davantage dans une spirale de violence face aux revendications légitimes et démocratiques du peuple gabonais.
En effet, dans la nuit du 18 au 19 décembre 2014, vers 4 heures du matin, des nervis du pouvoir ont tenté d’incendier la pharmacie du Dr Alphonse Louma Eyougha, causant au passage d’importants dégâts matériels. Le lendemain 20 décembre, empêchant de manière illégale et violente un meeting de l’Opposition dont le Pouvoir était informé conformément à la loi, les forces de défense et de sécurité ont violemment agressé les opposants, allant jusqu’à enlever certains dans des lieux de culte ou loin du théâtre des évènements. C’est le cas, entre autres, du journaliste Francis Edou Eyene, brutalement kidnappé par des militaires cagoulés dans l’enceinte de l’église Saint Michel de Nkembo. Faisant usage d’armes de guerre, ces mêmes forces de défense et de sécurité ont assassiné notre compatriote Bruno Mboulou Beka et blessé de nombreuses autres personnes.
Tous ces actes de violence ont été précédés, quelques semaines auparavant, d’une campagne haineuse, menée par des individus se réclamant proches du régime, et appelant, via les réseaux sociaux, à « liquider » certains leaders de l’Opposition et de la Société civile.
Ce jour, 12 janvier 2015, voilà que près de 300 jeunes, visiblement instrumentalisés par le régime en place, sont allés, aux environs de 7 heures, saccager le domicile de M. Jean Ping, situé à proximité du lycée français Blaise Pascal de Libreville.
Armés de gourdins, de cailloux, de bouteilles et de bien d’autres objets, ces jeunes délinquants sont passés, sans être inquiétés, devant des éléments de la Gendarmerie nationale postés à environ 15 et 30 mètres de part et d’autre de l’accès au domicile de M. Ping. Ils ont, pendant plus d’une heure, violemment bombardé la résidence de toutes sortes de projectiles. Tout en scandant des injures à l’endroit de M. Ping, ils ont mis le feu sur la voie publique menant à sa résidence, et tenté de forcer le portail d’entrée qui, heureusement, n’a pas cédé.
C’est dans ce contexte de terreur entretenu par le Pouvoir, que des militants de l’Opposition, alertés, sont venus à la rescousse de M. Ping et ont pu mettre la main sur une quinzaine de ces agresseurs dont une partie s’était dirigée vers le domicile de Pierre Amoughe Mba pour y accomplir la même besogne.
M. Ping, en toute responsabilité, a appelé le Procureur de la République pour lui faire état de la situation.
L’UNOCA et certaines représentations diplomatiques ont immédiatement été informées.
Quant aux délinquants appréhendés, ils ont été remis à la Police judiciaire après qu’ils aient été entendus par un huissier commis à cet effet par M. Ping et filmés par la Presse qui s’est rendue rapidement sur les lieux. Leurs propos engagent sans ambigüité des personnalités bien connues du pouvoir ou qui en sont très proches.
Le mouvement “Les Souverainistes” relève que ces faits, qui sont de nature à porter atteinte la paix sociale et à la cohésion nationale dans notre pays, sont suffisamment éloquents et particulièrement graves.
Aussi, le mouvement “Les Souverainistes” saisit cette occasion pour interpeller la communauté nationale et internationale sur la duplicité d’un pouvoir qui fait mine d’appeler à un dialogue qu’en réalité il ne souhaite pas, alors que dans le même temps, il utilise son arme favorite, la violence contre l’Opposition dont de nombreux membres sont par ailleurs privés de salaires, et/ou de la simple liberté d’aller et venir, comme cela a été le cas récemment du Professeur Pierre-André Kombila, de Madame Paulette Missambo, ou encore de l’ancien Premier ministre Oye Mba.

Le mouvement “Les Souverainistes” entend dégager la responsabilité de l’Opposition dans tout ce qui pourrait arriver au Gabon du fait d’un pouvoir aux abois, rendu dangereux par son autisme, son incompétence et sa propension quasi-permanente à la violence et au non-respect de la Constitution et des lois de la République.

#Gabon-Assassinat du 20 Déc. 2014: DECLARATION DE LA FAMILLE DE FEU MBOULOU BEKA

DECLARATION DE LA FAMILLE DE FEU MBOULOU BEKA

(vidéo)

La mort brutale, dans les circonstances non élucidées, de notre jeune frère Mboulou Beka ; la publicité mensongère et macabre faite autour de cet événement malheureux et le comportement choquant de la Gendarmerie, du Parquet de la République et des hommes politiques du pouvoir en place dans la gestion de la communication y relative, appellent de la part de la famille, les observations et les précisions ci-après.

Ce jour du 20-12-14, Mr Mboulou Beka accompagné de certains membres de la famille, avec une foule d’autres personnes, étaient venus, par curiosité, voir ce qui se passe. Personne ne se trouvait dans la zone prévue pour le meeting qui était quadrillée par les forces de l’ordre ; meeting, qui, d’ailleurs n’a pas eu lieu.

Quand Mr Mboulou Beka est tombé sous les balles des forces de l’ordre, c’étaient sous les yeux des membres de sa famille qui étaient avec lui, et des milliers d’autres personnes.

Un membre de la famille appelle Mboulou Beka sur son portable vers 19H30, pour s’étonner de son retard à la cérémonie de mariage ; quelle ne fut sa grande surprise d’avoir au bout du fil, non pas Mboulou Beka lui-même, mais un gendarme du Gros Bouquet qui lui indique, avec désinvolture et sans ménagement, que le propriétaire du téléphone se trouve à la morgue de Gabosep !

Nous retrouvons effectivement le corps de Mboulou Beka à Gabosep, portant sur le front un morceau de Kleenex tâché de sang à un endroit bien précis. Kleenex que vous avons enlevé et nous avons alors vu par nous mêmes, un trou sur le front de Mboulou Beka. Notre jeune frère assassiné était simplement vêtu d’un pantalon. Choqués, nous sommes rentrés chez nous sans mot dire.

C’est par le journal télévisé du 20h de Gabon Télévision Chaine 1 que nous apprenons qu’un médecin légiste, le Dr Lucie Pemba a autopsié le corps de Mboulou Beka sans nous avertir, comme tout médecin ayant prêté le serment d’Hippocrate l’aurait fait.

Face à cet assassinat commis sur notre petit frère Mboulou Beka par l’Etat Gabonais, la famille Mboulou Beka pose à l’Etat gabonais les questions suivantes :
– Que faisait Mboulou Beka à la Gendarmerie de Gros Bouquet pour que celle-ci se retrouve avec son téléphone portable ?
– Comment la Gendarmerie de Gros Bouquet qui se trouvait en possession du téléphone de Mboulou Beka a-t-elle su que son corps se trouvait à Gabosep ?
– Pourquoi le médecin légiste, le Dr Lucie Pemba, a-t-elle pratiqué l’autopsie de Mr Mboulou Beka hors la présence de la famille de ce dernier?
– Pourquoi la Gendarmerie de Gros Bouquet, depuis que l’assassinat de Mboulou Beka par l’Etat gabonais a été rendu public, harcèle t-elle la famille Mboulou Beka par toutes les formes possibles ?

Compte tenu de tout ce qui précède, La famille Mboulou Beka, bien que démunie matériellement et financièrement, mais a reçu une éducation fondée sur la dignité et la solidarité des ses membres les uns envers les autres, déclare :

1) Qu’elle accuse formellement l’Etat gabonais d’être l’auteur de l’assassinat de Mboulou Beka ;

2) Qu’elle exige, au nom de la dignité humaine et de la solidarité familiale, le devoir de vérité qui est un droit de l’Homme pour toute victime et ses ayants droits en cas d’assassinat, l’Etat Gabonais dont son chef en la personne du Président de la République Ali Bongo Ondimba a publiquement et solennellement reconnu qu’il s’agissait en effet d’un assassinat, que les coupables soient traduits devant la justice et répondent de leur forfait.

3) Tant que ce devoir de vérité n’est pas accompli par l’Etat gabonais, la famille Mboulou Beka a décidé que le corps de Mboulou Beka reste entre les mains de l’Etat Gabonais, jusqu’à ce que justice lui soit rendue.

La famille Mboulou Beka vous remercie

#Gabon-Catastrophic management of the country: Economy Minister Regis Immongault, cynicism or willful blindness?

#Gabon-Catastrophic management of the country: Economy Minister Regis Immongault, cynicism or willful blindness?

(translated from French, by CLG)
On December 5, the rating agency Fitch Ratings downgraded the sovereign rating of Gabon, passing it from “stable” to “negative” which, despite what the Minister of Economy says, portends a bleak outlook in the short term for our country.

A few days after, on December 12, another rating agency, Moody’s, attributed the honorable Ba3 rating to Gabon, contradicting Fitch Ratings.

In reaction to the disclosure of Fitch, Gabon Minister of Economy was content to trivialize the news, saying the decision of the rating agency was “rushed” and “questionable” and attributing the negative assessment and difficulties that are ahead for our country to only the decline in oil prices, as if all the oil producing countries saw their sovereign rating deteriorated.

The Fitch agency certainly considered in its rating of the sharp fall in oil prices which, as everyone knows, represent 56% of budget revenues in Gabon and 80% of its exports. But it also takes into account the gradual decrease in the production of oil, the inevitable exhaustion of manna. The evolution of Gabon’s oil production in recent years clearly illustrates the asymptotic trend: 11.6 million tonnes in 2012, 11 million tons in 2013, 10, 9 million tons in 2014.

Combining the collapse of the estimated price to 40% today, and the depletion of the resource, it is unclear how Gabon might be able to maintain its financial stability. The Minister of Economy has chosen as variable of adjustment to reduce its investment program. This massive reduction in public investment will affect more than one third of public spending and be suddenly felt (negatively) in the economic activity in our country.

Then reacting to the disclosure of MOODY’S that assigns Ba3 rating to the Gabon with positive outlook, the Minister of Economy did not hide his glee, saying that the note recognizes “the Gabonese authorities’ priority accorded to the prudent management of public finances, in the current context of falling oil prices. ” But at the same time, he ignores the many government shortcomings identified in the same report, particularly in terms of infrastructure deficit, budget management, income distribution and social policies. What is the interests of Gabon’s Minister of Economy, is not how wealth is managed in the country; the common heritage of all the Gabonese, or how wealth is redistributed among the Gabonese, rather he is more interested in “the confirmation of the classification of Gabon among the best rated sovereigns bonds issuers in sub-Saharan Africa”. If this is leaving in a virtual world, we would have to find another meaning to the word. The Minister of Economy lives in statistics, Gabonese live the reality of poverty.

Without questioning the professional integrity of Moody’s, one can still question the sincerity of his data, in the light of the actual situation of Gabon. Who can believe MOODY’S when it states that “the Gabonese authorities give priority to the prudent management of public finances?” It is surprising that MOODY’S is more lenient than the «Court of Auditors» (Cour des Comptes, sort of Auditor general office) of Gabon which, although a domestic institution, has continued to condemn the suicidal fiscal management by the Gabonese authorities. We do not see where MOODY’S found its “growth prospects, a strong balance sheet and low vulnerability to external chocs because Gabon is member of the ‘franc zone’”, when at the same time it recognizes the existence of “constraints on credit due to the dependence of the Gabonese economy to the oil sector and its weak institutions of economic governance, and socio-economic disparities. ”

In terms of political and macroeconomic stability, Moody’s affirms at the same time that “the Gabonese politics pose a moderate risk of exceptional events” and that “the country has difficulty reconciling political, economic, financial and social imperatives, and that a score considered by the World Bank as low-level representation and accountability of political power “that is, MOODY’S clearly sees risks for Gabon and the risk emanates from the “imbalance between the expectations of the population, including socially “, and ” the preservation of political and macroeconomic stability in a context conducive to social tensions due to high income inequality and due to the erosion of public revenue, due to lower oil prices “!

On February, 19 2013, the International Monetary Fund (IMF) warned the Gabonese authorities about serous risk of drying up of the country’s income, due to the noticeable slowing of global activity, and whose immediate foreseeable consequence was the decrease in global demand for oil.

The Bretton Woods institution was within the persistence of non-oil budget deficit and the slow growth of non-oil private sector. It foresaw the positive outlook for our country were tempered by the vagaries or volatility of oil prices. The Fund then strongly recommended the Gabonese government to implement “a more prudent fiscal policy”, “moderation in public investment” and “to undertake reforms in education and the labor market, to better match supply and demand for jobs. ” The IMF also pointed out as negative the difficult access to finance for SMEs.

The same year, the rating agency STANDARD & POOR’S has assigned BB- rating with a negative outlook for Gabon. STANDARD & POOR’S justified this decision by the mismanagement of public finances, saying that Gabon had “not yet proven much in budgetary matters and on culture of payment, and remains too dependent on oil revenues”. STANDARD & POOR’S finally noted that the relative political stability enjoyed by Gabon and its high income per capita are assets that can enable our country to achieve strong growth around 4.5% in the near future (in 2013 -2016), but this possibility is hampered by the acute lack of infrastructure, poor business environment (170th out of 185 countries), corruption, institutional weakness, heavy dependence on oil, formal and informal barriers to exports to other CEMAC countries and the lack of skilled labor.

Despite these warnings from two of the largest financial institutions in the world, despite reminders to the recurring order of the Court of Auditors and critical opposition, including the National Union, the government of Gabon, which Régis Immongault is part of, maintained an absurd fiscal policy based on unrealistic macroeconomic assumptions, all topped by a gargantuan public finance management.

Thus in the amended 2014 Finance Act, while already perceptible signs pointed to a contraction in global economic activity in the range of 15-20% compared to 2013, the government has relied on a growth rate of 5.1%. We know what happened: our country is paying the price of this fiscal casualness that led the government to incur expenditures inconsistent with the reality of revenue collected. We can see this with the difficulties of of an administration unable to meet its financial obligations, and business problems which most depend on government contracts.

With the collapse of the expected revenue and its impact on the overall country’s revenues, the government will have choice to reset all assumptions underlying the budget law of the year 2015. Indeed, even before being enacted, the 2015 budget proves unenforceable as it is based on a decline of 20% in oil prices, to 96.6 US dollars a barrel, and a stronger US dollar, up 2.1% against the CFA franc. However, oil prices fell by 40% already.

Let us recall that a similar situation has already occurred in our country. That was in 1986. That year, our country had faced a decrease of oil production by 50%, compared to 1985. This has resulted in a severe economic and financial crisis that lasted nine years, until 1994.

For four years, from 2010 to 2014, Ali Bongo and his successive governments have enjoyed particularly favorable economic and financial conditions: oil production, although on a downward trend, still represents around 10.9 million tonnes in 2014; higher oil prices were stable between 90 and 100 US dollars in annual average until early 2014; huge annual budgets of around 3,000 billion CFA francs (about 5.6 billion USD) on average; higher growth rates of around 5 to 6% and inflation contained below the community threshold of 3%. This providential combination of positive factors which should give a decisive impetus in Gabon and its economic take-off, was unfortunately marred by amateurism and incompetence of people in power, the so-called “emerging”, and their «financial incontinence».

Regarding investments, nothing, or almost nothing, of what was announced has emerged, especially if one considers that the achievements recorded in recent years, particularly in terms of roads in the south of the country, coincide with the ending of the last projects launched by late President Omar Bongo, and whose funding was already available.

One can therefore only be surprised that none of the major projects launched by the so-called “emerging government” has so far been successful. Some emblematic examples: Gabonese still waiting for the «5000 houses annually » promised by Ali Bongo at the start of his term. Such a project was likely to boost growth in the construction sector and generate jobs. Why no one is even talking about the construction project of the International Airport of ANDEM near KANGO?

In Libreville, people are wondering why the «Champs Triumphal» site project that was to transform the face of the Gabonese capital has been stopped for months, and why the five promised interchanges roads, with models to support the claim, ended up being just three simple bridges? And why the works for the Omnisport President Omar Bongo stadium, which was supposed to host the 2012 African Cup of Nation final game, struggle to be completed? And they are surprised by the slow, unexplained, works on Highway PKA 15 – Ntoum, which the announced completion time was about 24 months? And they want to know how many classrooms have been built and how many hospitals were delivered in four years? At what proportion the unemployment, particularly among young graduates, has declined, and why despite the inflation officially estimated at 2.5% annual average, lower than the community standard set at 3%, is life so dear and expensive in their country?

Regarding social policy, Gabonese want to understand why 30% of them live below the threshold of absolute poverty and 60% of them in relative poverty, while the country’s wealth grows by 5% on average per year for four years? Why 43% of the Gabonese population still lives on an income of around 10 000francs CFA (about 18 USD) per month and 21% with a monthly income of around 100 000 CFA francs (about 180 USD) in a country of 1, 500 000 and produces for 3000 billion CFA francs (about 5.6 billion USD) extra each year, for four years? They are surprised that with a growth of 5% annually for four years, unemployment among young people, especially graduates, is still around 30%? They would finally like to know where our country is with the MDGs (Millennium Development Goals), whose maturity was determined to arrive during the year 2015?

Where Régis Immongault is playing cynicism or willful blindness is when he denies the existence of a political crisis in Gabon that could compromise the election date in 2016. While all observers including the UN recognize that Gabon is well in crisis, and this crisis is potentially explosive as shown in the news, Economy Minister said he agreed that Gabon is “stable” and that “all the conditions are met for the 2016 election to go smoothly. “He does not see the strikes triggered every day in almost all sectors of government and the private sector, and are likely to paralyze the country. In the era of President Omar Bongo, political stability combined with high growth rates have been real assets that could have enabled our country to develop in a more harmonious and rational manner. But the bad financial governance, denounced during the father era by all observers, worsened under the “son”, with the bonus of a chaotic economic policy that seems to have neither head nor tail.

Structural policies initiated by Ali Bongo are inconsistent and disjointed, both in their development and in their implementation. Because they do not carry a shared vision of Gabonese on the economic and social future of their country, the recipes offered by the so-called «Emerging Gabonese» go against what, for people, is essential. As everyone can see, sectoral strategies of various departments are characterized by a glaring lack of transversality, overall prioritization and common vision. What they propose is a collection of disjointed sectoral strategies, with no coherence and no operational content. However, in terms of economic governance, structural policies must have a logical hierarchy of relevant conduct, appropriate methodological approach, a comprehensive vision based on an optimized operational matrix.

Emmanuel_NtoutoumeNdong
Emmanuel NTOUTOUME NDONG
Former student of the ENA in Paris
Inspector General of Finance

#Gabon-Gestion catastrophique du pays : Le Ministre Régis Immongault, cynisme ou cécité volontaire?

#Gabon-Gestion catastrophique du pays : Le Ministre Régis Immongault, cynisme ou cécité volontaire?

Le 5 décembre dernier, l’agence de notation FITCH RATINGS a dégradé la note souveraine du Gabon,la faisant passer de « stable » à «négative » ce qui, quoi qu’en dise le ministre de l’Économie, présage de perspectives sombres à très court terme pour notre pays.

Quelques jours après, le 12 décembre courant, une autre agence de notation, MOODY’S attribuait la note honorable Ba3 au Gabon, en contradiction avec l’agence FITCH.

Réagissant à la notification de FITCH, le ministre de l’Économie s’est contenté de banaliser la nouvelle, jugeant la décision de l’agence de notation « précipitée » et « discutable », et imputant cette appréciation négative et les difficultés qui s’annoncent pour notre pays à la seule baisse du prix du pétrole, comme si tous les pays producteurs de pétrole avaient vu leur note souveraine dégradée.

L’agence FITCH tient certes compte dans sa notation de la chute brutale du prix du pétrole qui, comme chacun le sait, représente 56% des recettes budgétaires du Gabon et 80% de ses exportations. Mais elle prend aussi en considération la diminution progressive de la production du pétrole, de l’épuisement inéluctable de la manne. L’évolution de la production du pétrole au cours de ces dernières années illustre clairement cette tendance asymptotique:11,6 millions de tonnes en 2012, 11 millions de tonnes en 2013, 10, 9 millions de tonnes en 2014).

Si l’on combine l’effondrement du prix estimé aujourd’hui à 40% et l’épuisement progressif de la ressource, on voit difficilement comment le Gabon pourrait être en mesure de maintenir l’équilibre financier du pays. Le ministre de l’Économie choisit comme variable d’ajustement la réduction de son programme d’investissement. Cette réduction massive de l’investissement public affectera pour plus d’un tiers des dépenses publiques et se ressentira brutalement sur l’activité dans notre pays.

Réagissant ensuite à la notification de l’agence MOODY’S qui attribue au Gabon la note Ba3 avec des perspectives favorables, le ministre de l’Économie n’a pas caché sa jubilation, en déclarant que cette note conforte « les autorités gabonaises dans la priorité qu’elles accordent à la gestion prudente des finances publiques dans le contexte actuel de baisse du prix du pétrole ». Mais dans le même temps, il passe sous silence les nombreux manquements du gouvernement relevés par le même rapport, notamment en matière de déficit en infrastructures, de gestion budgétaire, de répartition des revenus et des politiques sociales. Ce qui intéresse le ministre de l’Économie, ce n’est pas de savoir comment est gérée la richesse du pays, ce patrimoine commun de tous les gabonais, ni comment cette richesse est répartie entre les gabonais, mais « la confirmation du classement du Gabon au rang des émetteurs souverains les mieux notés de l’Afrique subsaharienne » Si ce n’est pas du virtuel, il faudrait trouver un autre sens à ce mot. Le ministre de l’Économie vit dans les statistiques, les gabonais vivent la réalité de la pauvreté.

Sans vouloir remettre en cause l’intégrité professionnelle de l’agence MOODY’S, l’on peut tout de même s’interroger sur la sincérité de ses données, au regard de la situation réelle du Gabon. Qui peut croire MOODY’S quand elle affirme que “les autorités gabonaises accordent une priorité à la gestion prudente des finances publiques?” Il est surprenant à cet égard que MOODY’S soit plus indulgente que la Cour des Comptes gabonaise qui, bien qu’institution “domestique”, n’a eu de cesse de stigmatiser la gestion suicidaire des finances publiques par les autorités gabonaises. On ne voit donc pas où MOODY’S est allé chercher ses “perspectives de croissance, un bilan financier robuste et une faible vulnérabilité aux chocs extérieurs du fait notre appartenance à la zone franc” quand il reconnaît en temps l’existence “de contraintes sur le crédit dues à la dépendance de l’économie gabonaise au secteur pétrolier et à la faiblesse de ses institutions de gouvernance économique et de disparités socio-économiques”.

Au plan de stabilité politique et macroéconomique MOODY’S affirme en même temps que ” la scène politique gabonaise pose un risque modéré d’événements exceptionnels” et que “le pays a des difficultés à concilier les impératifs politiques, économiques, financiers et sociaux, ainsi qu’un score considéré par la Banque Mondiale comme faible au niveau de la représentativité et de la responsabilisation du pouvoir politique” autrement dit, MOODY’S voit bien un risque pour le Gabon et ce risque émane du déséquilibre “entre les attentes des populations, notamment au plan social” et “la préservation de la stabilité politique et macroéconomique dans un contexte propice aux tensions sociales, du fait d’une forte inégalité des revenus et du fait de l’érosion des recettes publiques, suite à la diminution du prix du pétrole”!

Le 19 février 2013, le Fonds Monétaire International avait prévenu les autorités gabonaises d’un séreux risque d’assèchement des revenus du pays, du fait du ralentissent de l’activité mondiale perceptible, et dont la conséquence prévisible immédiate était la diminution de la demande mondiale de pétrole.

L’institution de Bretton Wood relevait la persistance du déficit budgétaire hors pétrole, ainsi que la faible croissance du secteur privé non pétrolier. Les perspectives favorables qu’elle entrevoyait pour notre pays étaient tempérées par les aléas sur le cours du pétrole. Le Fonds recommandait alors fermement au gouvernement gabonais de mettre en œuvre « une politique budgétaire plus prudente», « la modération dans l’investissement public” et “d’engager des réformes dans l’Education et dans le marché du travail, pour mieux faire correspondre l’offre et la demande d’emplois”. Le FMI pointait aussi comme point négatif les difficultés d’accès des PME aux financements.

La même année, l’agence de notation STANDARD & POOR’S a attribué la note BB- avec perspectives négatives au Gabon. STANDARD &POOR’S justifiait cette décision par la mauvaise gestion des finances publiques, estimant que le Gabon « n’avait pas encore fait ses preuves en matière budgétaire et en matière de culture de paiement, et qu’il demeure trop dépendant des revenus pétroliers » STANDARD & POOR’S, relève enfin que la relative stabilité politique dont a bénéficié le Gabon et son revenu élevé par tête d’habitant sont des atouts qui peuvent permettre à notre pays d’atteindre une croissance forte autour de 4,5% dans un futur proche (en 2013-2016), mais que cette possibilité est contrariée par le manque criard d’infrastructures, le mauvais climat des affaires (170e sur 185 pays) la corruption, la faiblesse institutionnelle, la forte dépendance du pétrole, des obstacles formels et informels à l’exportation vers les autres pays de la CEMAC et le manque de main d’œuvre qualifiée.

Malgré ces mises en garde émanant de deux des plus grandes institutions financières de la planète, malgré les rappels à l’ordre récurrents de la Cour des Comptes et les critiques l’opposition, notamment de l’Union Nationale, le gouvernement auquel appartient Régis IMMONGAULT a maintenu une politique budgétaire absurde, fondée sur des hypothèses macroéconomiques irréalistes, le tout couronné par une gestion gargantuesque des finances publiques.

C’est ainsi que dans la loi de finances rectificative 2014, alors que des signes perceptibles laissaient déjà entrevoir une contraction de l’activité économique mondiale de l’ordre de 15 à 20% par rapport à 2013, le gouvernement a tablé sur un taux de croissance de 5,1%. On sait ce qu’il en est advenu : notre pays paie aujourd’hui le prix de cette désinvolture budgétaire qui a conduit le gouvernement à engager des dépenses incompatibles avec la réalité des recettes perçues. On le voit avec les difficultés de l’Administration incapable de faire face à ses obligations financières et avec les problèmes des entreprises dont la plupart dépendent des marchés de l’Etat.

Avec l’effondrement attendu des recettes et son incidence sur les revenus globaux de l’Etat, le gouvernement ne fera pas l’économie d’une remise à zéro de l’ensemble des hypothèses qui sous-tendent la loi de finances de l’exercice 2015. En effet, avant même d’avoir été promulgué, le budget 2015 s’avère inexécutable puisqu’il tablait sur une baisse du prix du pétrole de 20%, un baril à 96,6 dollars US et une appréciation du dollar US de 2,1% par rapport au franc CFA. Or, le prix du pétrole s’est replié de 40%.

Rappelons pour mémoire qu’une situation semblable s’est déjà produite dans notre pays. C’était en 1986. Cette année là, notre pays avait dû faire face à une diminution la production de pétrole de 50% par rapport à1985. Cela s’est traduit par une grave crise économique et financière qui a duré neuf ans, jusqu’en 1994.

Depuis quatre ans, de 2010 à 2014, Ali Bongo et ses gouvernements successifs ont bénéficié d’une conjoncture économique et financière particulièrement favorable. Une production pétrolière, certes en baisse tendancielle, mais tournant tout de même au tour autour de 10,9 millions de tonnes en 2014, un prix élevé du baril stabilisé entre 90 et 100 dollars US en moyenne annuelle, jusqu’en début 2014, des budgets annuels colossaux de l’ordre de 3000 milliards de francs CFA en moyenne, des taux de croissance élevés de l’ordre de 5 à 6% et une inflation contenue sous le seuil communautaire de 3%. Cette conjonction providentielle de facteurs favorables qui devait donner une impulsion décisive au Gabon et assurer son décollage économique, a été malheureusement gâchée par l’amateurisme et l’incompétence du pouvoir dit « émergent » et par son incontinence financière.

S’agissant des investissements rien, ou presque, de ce qui a été annoncé n’a vu le jour, surtout si l’on considère que les réalisations constatées ces dernières années, notamment en matière de routes dans le sud du pays ne coïncident qu’avec l’arrivée à terme des derniers chantiers lancés par le président Omar Bongo et dont les financements, étaient déjà disponibles.

L’on ne peut donc que s’étonner de ce qu’aucun des grands chantiers effectivement lancés par le pouvoir dit « émergent » n’ait à ce jour abouti. Quelques exemples emblématiques: les gabonais attendent toujours les 5000 logements annuels promis par Ali Bongo à l’entame de son mandat. Un tel projet était de nature à booster la croissance dans le secteur de la construction et à générer de nombreux emplois. Pourquoi ne parle t- on plus du projet de construction de l’Aéroport International d’ANDEM sur la route de KANGO ?

A Libreville, les habitants se demandent pour quelles raisons le chantier du Champs Triomphal qui devait transformer la physionomie de la capitale gabonaise est il à l’arrêt depuis des mois, et pourquoi les cinq échangeurs promis, maquette à l’appui, se sont ils transformés en trois simples ponts ? Et pourquoi les travaux du stade omnisport président Omar Bongo qui devait abriter la finale de la Coupe d’Afrique des Nation de l’édition 2012 peinent tant à s’achever ? Ils s’étonnent de la lenteur, inexpliquée, des travaux de l’autoroute PKA 15 – NTOUM dont la durée d’exécution était fixée à 24 mois ? Ils voudraient savoir combien se salles de classes ont été construites et combien d’hôpitaux ont été livrés en quatre ans ? Dans quelle proportion le chômage, notamment des jeunes diplômés a reculé, et pourquoi avec une inflation officiellement évaluée à 2,5% de moyenne annuelle, en de ça de la norme communautaire, fixée à 3%, la vie est-elle si chère dans leur pays ?

S’agissant de la politique sociale, les gabonais veulent comprendre pourquoi 30% d’entre eux vivent en dessous du seuil de la pauvreté absolue et 60% d’entre eux dans la pauvreté relative, pendant que la richesse du pays croît de 5% en moyenne par an depuis quatre ans? Pourquoi 43% de la population gabonaise vit encore avec un revenu autour de 10 000francs CFA par mois et 21% avec un revenu mensuel autour de 100 000 francs CFA dans un pays de 1. 500 000 habitants et qui produit 3000milliards de francs CFA de richesse supplémentaire chaque année depuis quatre ans? Ils s’étonnent qu’avec une croissance soutenue de 5% en moyenne annuelle depuis quatre ans, le chômage des jeunes, notamment les diplômés, tourne toujours autour de 30% ? Ils aimeraient enfin savoir où en est notre pays avec les «Obectifs du millénaire pour le développement» (OMD), dont l’échéance avait été fixée l’horizon de l’année 2015 ?

Là où Régis IMMONGAULT fait preuve de cynisme ou de cécité volontaire, c’est quand il nie l’existence d’une crise politique au Gabon susceptible de compromettre l’échéance électorale de 2016. Alors que tous les observateurs y compris l’ONU reconnaissent que le Gabon est en bien en crise, et que cette crise est potentiellement explosive comme le montre l’actualité, le ministre de l’Économie estime, lui, que le Gabon « est stable » et que « toutes les conditions sont réunies pour que l’élection de 2016 se passe sans encombre ». Il ne voit pas les grèves qui se déclenchent jour après jour dans presque tous les secteurs de l’administration et du secteur privé et qui sont de nature à paralyser le pays. Sous l’ère du président Omar Bongo, la stabilité politique combinée à des taux de croissance élevés ont été de réels atouts qui auraient pu permettre à notre pays de se développer de façon plus harmonieuse et plus rationnelle. Mais la mauvaise gouvernance financière, dénoncée sous le père par tous les observateurs, s’est aggravée sous le « fils », avec en prime une politique économique chaotique qui ne semble n’avoir ni tête ni queue.

Les politiques structurelles initiées par Ali Bongo sont incohérentes et désarticulées, tant dans leur élaboration que dans leur mise en œuvre. Parce qu’elles ne procèdent pas d’une vision partagée les Gabonais sur l’avenir économique et social de leur pays, les recettes proposées les émergents gabonais vont à l’encontre de ce qui, pour les populations, est l’essentiel. Comme chacun peut l’observer, les stratégies sectorielles des différents départements ministériels se caractérisent par une absence flagrante de transversalité, de hiérarchisation globale, de vision commune. Ce qu’ils proposent, c’est un assemblage désarticulé de stratégies sectorielles vide de toute cohérence et de tout contenu opérationnel. Or, en matière de gouvernance économique, les politiques structurelles doivent avoir une logique, procéder d’une hiérarchisation pertinente, d’une démarche méthodologique appropriée, d’une vision globale basée sur une matrice opérationnelle optimisée.

Emmanuel_NtoutoumeNdong

Emmanuel NTOUTOUME NDONG
Ancien élève de l’ENA de Paris
Inspecteur général des finances