#Gabon – Conférence nationale souveraine: Message de Marc Ona Essangui lors du lancement des inscriptions

DISCOURS de Marc ONA ESSANGUI lors du lancement des inscriptions à la Conférence nationale souveraine

Image

Mesdames,
Mesdemoiselles,
Messieurs,

Chers invités

La cérémonie que nous organisons aujourd’hui lance un processus qui devrait aboutir, dans les prochains jours, les prochaines semaines, à de profondes mutations qui auront un impact direct sur la vie de chacun d’entre nous

Il n’est un secret pour personne que le pays traverse en ce moment une grave crise. Crise politique manifestée par le divorce entre la classe politique et la population, crise sociale marquée par les différentes mécontentements que traduisent les multiples menaces de grèves dont les préavis dessinent des montagnes dans les différentes administrations publiques et privées, crise économique avec la montée effrayante des prix de produits d’utilité première. Cette poussée de tension pourrait, si on n’y prend garde, aboutir à des situations incontrôlables aux effets dévastateurs pour notre pays.

Autant le pouvoir dit ne pas voir ni réaliser les difficultés des Gabonais, autant nous Société Civile, recevons chaque jour vos récriminations contre la réduction de vos libertés constitutionnelles, contre le manque de démocratie, le non prise en compte de vos choix électoraux de la part d’un pouvoir toujours plus arrogant, toujours plus violent. 

Ensemble, la Diaspora, la Société Civile et une fraction d’hommes politiques du pays ont proposé comme solution à cette crise une CONFERENCE NATIONALE SOUVERAINE que vous avez acceptée de manière quasi unanime. Et comme le pouvoir a dit ne pas vouloir l’organiser, nous avons le devoir aujourd’hui de nous proposer de la faire.

La société gabonaise dans toutes ses composantes fonde ses espérances sur cette conférence nationale souveraine ; le monde entier nous regarde ; la communauté internationale a les yeux rivés tout entier sur nous : notre responsabilité, en ce jour, est alors historique. Nous sommes à la croisée des chemins au moment où nous lançons enfin solennellement le processus d’inscription et d’enregistrement en vue de la conférence nationale souveraine.

Car l’histoire de notre pays est en train de basculer définitivement vers un changement véritable. Tous les Gabonais, quel que soit leur bord politique, leur origine, leur catégorie sociale, leur croyance, leur opinion, aspirent à ce changement dont les contours et les promesses se dessinent progressivement à travers la mutation profonde qui se prépare.

Nous sommes à la croisée des chemins, car le Gabon ne peut plus être tout à fait le même en 2013, années où les promesses tant rêvées peuvent enfin devenir réalité. Promesses en matière de démocratie, de bonne gouvernance, de justice sociale, de droit de l’homme et d’Etat de droit. 

Cette année 2013 qui se profile comme une année charnière entre le souvenir d’un passé mortifère et l’espérance d’un avenir radieux, entre l’obscurantisme de certains gouvernants et le scintillement d’une lumière qui vient des profondeurs de notre société, entre la bêtise de certains hommes assoiffés de pouvoir et la vertu de ceux qui pensent que les Gabonais méritent mieux, entre la folie des hommes et la raison universelle des peuples, entre l’embrigadement de la conscience citoyenne et la liberté citoyenne, entre la peur d’entreprendre et la liberté d’initiative. 

Notre objectif, loin des intentions qu’on nous prête, n’est pas de faire un coup d’Etat constitutionnel. À l’évidence, les Gabonais ne se reconnaissent plus dans les autorités qui les gouvernent. Il s’agit d’offrir un cadre pour rendre au peuple sa souveraineté pour qu’il exprime et fasse ses choix de vie. C’est au peuple de dire ce que sera son avenir et avec qui il le fera. Ce peuple n’est ni pédégiste, ni d’opposition. Il s’agit du Gabon dans son ensemble et dans sa diversité. 

Nous écrivons en ce jour, ensemble, la page de garde de ce que la Gabon sera bientôt. La convergence citoyenne vers un mieux-être que nous devons bâtir ensemble.

Qu’on le veuille ou non, le destin de notre pays dépasse et transcende les intérêts partisans, l’arrogance de certains hommes politiques, les subjectivités et les aspirations égoïstes, l’avenir que le sens de l’histoire nous fait espérer est enfin à portée de main ; ceux qui hésitent encore à prendre le train en marche ont tort et il n’est pas trop tard pour qu’ils nous rejoignent.

Je vous remercie de votre attention.

Marc Ona Essangui

Libreville, le 8 décembre 2012

ImageImageImageImageImage

2 thoughts on “#Gabon – Conférence nationale souveraine: Message de Marc Ona Essangui lors du lancement des inscriptions

  1. Pingback: Gabon : lutte pour la fin de la dictature * « regardexcentrique

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s