#Gabon: L’opposition (CPPA) exige la transparence dans l’application de la biométrie

REPUBLIQUE GABONAISE

UNION – TRAVAIL  – JUSTICE

Coalition des Partis Politiques pour l’Alternance (CPPA)

CDJ, MORENA, MORENA UNIONISTE, PGP, UNION NATIONALE, URDP

Image

CONFERENCE DE PRESSE DU 22 MAI 2012

PROPOS LIMINAIRE

Mesdames, Messieurs

Le 02 novembre 2011 les groupements des partis politiques de l’opposition : ACR, CPPA, FSG, APPO, ont fait une déclaration par laquelle les évènements suivants qu’a connus notre pays, le Gabon, suite aux mauvais résultats dus à la fraude ont été rappelés.

De décembre 1993 à février 1994, de graves manifestations ont failli basculer le Gabon dans la guerre civile, suite à l’élection présidentielle du 05 décembre 1993 qui s’est mal déroulée.

La classe politique s’est retrouvée pour aboutir en septembre 1994 aux Accords de Paris  dont les conclusions ont été entérinées par le peuple gabonais par voie référendaire en juin 1995.

Ces Accords ont consacré le principe de la parité (Majorité / Opposition) dans l’organisation de toutes les  élections.

La loi 7/96 du 12 mars 1996 portant code électoral, a permis la mise en place de la Commission Nationale Electorale (CNE), structure paritaire (Majorité/Opposition) de gestion des élections.

Les Accords dits d’Arambo de 2006 ont réaffirmé ce principe avec l’existence de deux camps : celui du Pouvoir et celui de l’Opposition.

Au terme de ces Accords,  la classe politique a donné naissance à la Commission Electorale Nationale Autonome et Permanente (CENAP), qui, dans son esprit, consacre la mise en commun des intelligences des deux camps présents et signataires (Majorité/Opposition) pour en finir avec des lendemains électoraux hasardeux.

La nécessité de l’utilisation de la biométrie se révèle dès cette époque comme un impératif de transparence électorale  accepté par les deux camps.

L’Electeur gabonais, après d’innombrables et mauvaises expériences, après des scandales de fraudes,  consent encore malgré tout à se distraire  de ses affaires pour aller voter en faveur de quelqu’un ou de quelque chose. Il est convaincu et s’imagine de faire acte de citoyen libre et exprime ainsi ses opinions. Il fait partie du peuple souverain, avec l’ivresse de gagner lorsqu’il se regarde et se dit: « je suis électeur et je suis la base de la société moderne gabonaise ».

Mais hélas ! Hélas ! Combien de ces électeurs gabonais ne se sont pas découragés et ne se sont pas sentis outrés  à chaque fois que s’égrenaient les résultats officiels du Ministère de l’Intérieur confirmés par la Cour Constitutionnelle.

L’électeur gabonais ne veut plus se faire flouer à chaque élection, il ne veut plus aller voter pour un pouvoir qui ne tient  compte ni  de ses choix, ni de ses aspirations, d’où la grande désaffection pour les consultations électorales.

C’est pourquoi, les partis politiques de l’Opposition, membres de la CPPA militent pour l’alternance qui implique la démocratie et qui induit obligatoirement la transparence.

En leur temps, la CPPA réunie avec la Société Civile au sein de la Coalition « ça suffit comme ça » ont lancé le slogan : «  Pas de Biométrie, pas de transparence,  Pas d’élections ».

Les Partis politiques membres de la CPPA demandent que les prochaines consultations électorales qui doivent être organisées dans notre pays soient  transparentes et  crédibles pour éviter de connaitre les violences politiques.

Maintenant que le pouvoir a daigné accepter l’introduction de la biométrie réclamée depuis longtemps par l’Opposition, nous lui demandons  de se conformer aux exigences contenues dans nos courriers restés sans suite et dans lesquels nous rappelons que toutes les parties (Majorité/Opposition/ Société Civile) doivent prendre part  a chaque étape de la mise en œuvre du programme de la biométrie.

Il est scandaleux de constater jusqu’à ce jour  que le Président ALI BONGO et Jean François NDONGOU, le Ministre de l’Intérieur qui se sont retrouvés hier  avec la société  MORPHO SAFRAN du groupe SAGEM et aujourd’hui avec la société  GEMALTO  confisquent à eux seuls le dossier de la biométrie afin de  procéder encore  à la falsification de la liste électorale  pour légitimer la fraude et autres arrangements électoraux.

Nous voulons la République avec toutes ses valeurs  mais elle n’est toujours pas là,  à cause de telles pratiques ignobles.

Face à cette situation qu’elle condamne  vivement, la CPPA exige:

-La mise en place de d’une commission tripartite opposition majorité-société civile

-L’établissement des listes électorales biométriques après identification et authentification de chaque électeur gabonais à la suite d’un recensement appuyé par des audiences foraines organisées sur l’ensemble du territoire national.

Nous demandons  enfin à la population gabonaise d’être  vigilante pour endiguer toutes les  inscriptions multiples et les inscriptions  des étrangers.

Nous vous avons  appelés, Mesdames et messieurs  des médias  pour bien vouloir relayer cet appel.

Je vous remercie

 

CDJ, le Secrétaire Général

Jules Aristide BOURDÈS OGOULIGUENDÉ

MORENA, le Président

Luc BENGONO NSI

MORENA UNIONISTE, le Président

Victor Alain EYA MVEY

PGP, le Secrétaire Général

Auguste NGUEMBHYT

UNION NATIONALE, le Président

Zacharie MYBOTO

URDP, le Président

Jean Marcel MALOLAS

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s