#Gabon: Déclaration de l’Opposition et le société civile du 12 mars 2012

REPUBLIQUE GABONAISE

UNION – TRAVAIL – JUSTICE

Coalition des Partis Politiques pour l’Alternance (CPPA) et la Société Civile 

CDJ, MORENA, MORENA UNIONISTE, PGP, UNION NATIONALE, URDP.

Image 

DECLARATION DU 12 MARS 2012

Au Siège du CDJ (Libreville, Gabon)

Chers compatriotes,

En vous présentant, à tous et à chacun, le 14 Janvier 2012, nos vœux fervents de bonheur, de santé, de prospérité et de paix pour l’année nouvelle, nous, Présidents et Responsables des Partis politiques de l’Opposition et de la Société Civile, réunis au sein de la Coalition « Ça suffit comme ça », avions, à l’occasion, attiré votre attention sur les actes antidémocratiques que le Pouvoir PDG ne cesse de poser, et salué votre détermination pour l’avènement d’un Gabon différent.

En effet, les années 2010 et  2011 ont été caractérisées par :

– L’adoption hâtive et incongrue de la Constitution révisée en 2010, de la loi 7/96  relative aux élections politiques et de la loi 24/96 relative aux partis politiques;

– Le refus, par le pouvoir, d’introduire la biométrie dans le processus électoral alors qu’en Avril et Mai 2011, l’unanimité de toutes les parties sur son application immédiate s’était dégagée ;

– L’organisation, par le pouvoir, des élections législatives dans la plus grande confusion.

Face à toutes ces grossières manipulations d’une part  que vous avez décelées tout  autant que nous, et suite à la caravane que l’Opposition et la Société Civile ont organisée et à laquelle vous avez répondu massivement d’autre part, vous vous êtes manifestés par un cinglant désaveu en renonçant à participer et à cautionner, à plus de 90%, les élections législatives du 17 Décembre 2011. Ce désaveu patent aura aussi marqué fortement l’année écoulée.

Chers Compatriotes,

Les conséquences des manigances du pouvoir sont bien là en 2012. Il importe qu’ensemble, nous puissions en relever les plus insidieuses et les plus nuisibles à la démocratie pluraliste.

Par ailleurs, 2012 se présente comme l’année du changement d’acteurs au niveau de nombreuses Institutions républicaines de notre pays ainsi que des élus locaux.

D’ores et déjà, le renouvellement de l’Assemblée Nationale et du Gouvernement nous interpelle.

I – De l’Assemblée Nationale :

La Coalition Opposition – Société Civile « ça suffit comme ça » dont le mot d’ordre lors des législatives dernières était : « Pas de biométrie, pas de transparence électorale, pas d’élection » n’accorde aucun crédit à une législature issue d’une énième mascarade participant de la logique du coup d’état électoral permanent qui, ramenant le Gabon à l’ère du monopartisme, consacre l’anéantissement de la démocratie et discrédite gravement notre pays à l’extérieur.

II – Du nouveau Gouvernement :

Toujours préoccupé par sa quête de légitimité, Monsieur Ali BONGO ONDIMBA a voulu gagner la confiance du Woleu-Ntem qui ne lui avait accordé que de biens maigres suffrages lors de la Présidentielle de 2009.

Il avait bien fallu organiser un holdup électoral  pour que la famille BONGO ONDIMBA et le système PDG puissent continuer à régner.

Raymond NDONG SIMA à la place de Paul BIYOGHE MBA !

C’est la preuve que Monsieur Ali BONGO ONDIMBA continue avec un mode de désignation du Premier  Ministre sur la base d’une lecture ethno-politique en vigueur depuis plus de quarante ans.

Il n’a donc opéré aucune rupture.

Premier Ministre originaire de l’ESTUAIRE, du WOLEU-NTEM, ou de la NGOUNIE,

Premier Ministre des communautés FANG, PUNU, NDZEBI ou OMYENE, chers Compatriotes, ne nous laissons pas divertir par ces considérations aux relents tribalistes.

Le Pouvoir PDG et le clan BONGO ONDIMBA abusent des gabonais par des divisions fratricides, des promesses sans lendemains, des slogans, des effets d’annonces…etc.

Depuis un demi-siècle, le peuple gabonais a été soumis à un régime d’appauvrissement croissant sans précédent. Aucune Province, aucun Département, aucune Ville du  Gabon ne peut s’enorgueillir d’un quelconque développement.

La route, l’école, l’hôpital, le dispensaire, l’habitat, c’est partout pareil, c’est-à-dire le même spectacle désolant, le même spectacle catastrophique, le même spectacle révoltant.

Chers compatriotes,

Cette situation de très grande misère dans un pays aux potentialités considérables ne peut prendre fin que lorsque le peuple gabonais retrouvera sa souveraineté à travers le choix de ses représentants par des élections crédibles, justes et transparentes, gage d’alternance.

Tel est, depuis le retour au multipartisme, le fondement de la lutte que mènent les Patriotes épris de paix, de liberté et soucieux du développement harmonieux de notre pays.

Chers Compatriotes,

Maintenant que le pouvoir PDG semble s’accorder sur l’introduction de la biométrie dans le processus électoral, objet de la longue lutte de l’Opposition, il importe que vous souteniez de manière ferme et résolue, certaines exigences que NOUS vous ferons connaître en temps utile.

Du reste, la biométrie n’étant qu’un élément de transparence électorale, nous réitérons que ce seul instrument ne peut suffire à satisfaire l’ensemble des conditions nécessaires à l’effectivité de la démocratie pluraliste, notamment la refonte des institutions préparant et validant la tenue de toute élection en République Gabonaise.

Nous n’acceptons pas d’être mis devant le fait accompli.

Nous ne tolérerons aucune biométrie  confectionnée sur mesure et pour le seul intérêt d’un pouvoir qui tient vaille que vaille à se conserver éternellement.

Nous exigeons UNE COMMISSION tripartite, MAJORITE/OPPOSITION/SOCIETE CIVILE pour participer aux travaux de mise en œuvre de la biométrie aussi bien en amont qu’en aval.

TOUTE VERITABLE BIOMETRIE EST FAITE  POUR SERVIR FONDAMENTALEMENT LE PLURALISME DEMOCRATIQUE.

LE GOUVERNEMENT ET SA MAJORITE  NE PEUVENT S’ARROGER LE DROIT D’OFFRIR LA BIOMETRIE COMME UN CADEAU.

Restons vigilants.

CDJ, le Secrétaire Général

Jules Aristide BOURDES OGOULIGUENDE

MORENA, le Président

Luc BENGONO NSI

MORENA UNIONISTE, le Président

Victor Alain EYA MVEY

PGP, le Président

Benoît Joseph MOUITY NZAMBA

UNION NATIONALE, le Président

Zacharie MYBOTO

URDP, le Président

Jean Marcel MALOLAS

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s