Image

Open Letter to His Excellency

Eric Benjaminson,

Ambassador

Head of the diplomatic mission of the United States to Gabon

Mr. Ambassador,

We are writing this letter to express our astonishment and concern regarding your actions, your doctrine and your fixism since you have been accredited as head of the diplomatic mission of the United States of America in our country. Since your appointment as the head of that diplomatic mission, in fact, not only have you never displayed an open mind when listening to opinions different from those favorable to the regime in power but, in addition, on the contrary, as months have passed, you have moved away from measure, circumspection, weighting, and the distance one would expect from a diplomat. You must know first, Mr. Ambassador, that we would have rather preferred to avoid the temptation to write this letter to you which would not have been possible just a few months ago. But in the space of a few weeks, you have intentionally crossed the acceptable red line. Your incomprehensible actions are what prompted us to decide to send this open letter to you. Maybe, a feeling of omnipotence has pushed you to believe that you could do anything, say anything and there will never be a Gabonese to answer you, anyway. Let us tell you, Mr. Ambassador, that you are mistaken. This time, we must meddle in what concerns us, even at the price of a call by the Gabonese military police. Whatever the consequences on our freedom, physical integrity and on our miserable lives! In any case, it would not have been acceptable for our humanity to let these indignities sit, these humiliations which make us indignant, not to speak of the consequences they will induce inevitably and permanently on our future.

Mr. Ambassador,

On December 28, 2012, in an interview with the online news site “Gabonreview,” you saw seen fit to justify the dissolution of the Union Nationale party and advise its leaders to create another political party. You have a curious conception, Mr. Ambassador, of the rule of law, of freedom and political competition! This is amazing! Do you know that the provisions of the Gabonese Constitution do suggest in any way the dissolution of a political party? Do you know for example that in the general principles of law, unless a group aims in its Constitution and explicitly calls for murder or hatred of others, there is no dissolution of political parties in a democracy? Do you know, Mr. Ambassador, you who call for the leaders of the Union Nationale to change their name – that your friend Ali Bongo took with an astonishing diligence an order with the sole purpose of preventing the leaders of the Union Nationale to found another political party?

How to understand this attitude from the representative of a country where the “Ku Klux Klan” exists since 1865 without- freedom oblige – ever being any question of dissolving it? As appalling as is its sole purpose, which is summarized in the destruction of ethnic minorities, as horrifying as are its calls to assassinate the U.S. President himself, that organization continues to exist in the country you come from, on grounds of the sacred principles of freedom of association and expression. How can you justify and support the dissolution of a political party which incidentally has never been violent, nor advocated violence, or even have as its goals violence as an instrument of access to power? How a citizen and representative at such a high level of a State which in its declaration of independence says: ” We hold these truths to be self-evident, that all men are created equal, that they are endowed by their Creator with certain unalienable Rights, that among these are Life, Liberty and the pursuit of Happiness. ” could accommodate such situations? How a representative of a country which is so convinced that it embodies a profoundly universal destiny, a country that proclaims the cause of humanity to be its cause, which says that its land is an asylum to all persecuted for freedom, can remain so blithely indifferent to the dissolution of the largest opposition party in a country where they are accredited? How the representative of a country that wages wars in the name of defending democracy, freedom and human rights in the world can be so against non-violent unarmed citizens who just claim their legitimate rights to live in a democracy, the rule of law and to seek their own happiness?

Mr. Ambassador,

Obviously, the only thing you propose to the Gabonese opposition is the injunction to turn the other cheek to be slapped even stronger, by the regime in power. You suggest to them to stop thinking and stop disrupting the sumptuous life of a nabob that your best friend Ali Bongo leads to the chagrin of our people.

Does this regimentation and allegiance of the opposition toward the regime, that you want at all cost correspond to the idea you have of democracy? Are these the teachings you have received during your training in History of Institutions and Political Ideology at the University of Oregon? Does this correspond to your faith as a man of God, committed to the truth?

Mr. Ambassador,

Your distressing statements about the fact that Gabon is a democracy where human rights are fully respected are an insult to the intelligence or at least the common sense of the people of Gabon. And even France which is known by all to appoint our Heads of State here in Gabon and guarantee their longevity in power and their drifts, their ambassador in our country, does not show such an ostensible bias in favor of the dictatorship under which we suffer here in Gabon.

Could it be accepted accept in the United States that any public event that the Republican Party would want to organize, be subjected to the discretion of an official of the Obama administration and, more importantly, who is a zealous partisan of the Democratic Party? Could it be accepted in the United States that President Obama appoints as Chief Justice of the Federal Supreme Court – which is equivalent to our Constitutional Court, a member of his family who would then judge elections in which President Obama and his party would be candidates? It is not necessary for you to answer these rhetorical questions. We know that your answers will be negative. Well, imagine, Your Excellency, that we either do not support this! We are also beings of flesh and blood. What your fellow Americans take for intolerable is the same also for us! The indignation and nausea that such situations would cause in your country are equal to our indignation and nausea! That we too would like to experience the excitement and pride to finally have a President who was elected by a majority of Gabonese people! We also would like to have the opportunity to hold our leaders accountable and punish them electorally if necessary.

As if that was not enough – and this is the one trampling too many – you have seen fit to cancel without further ado the trip of Me Oyane Ondo who was to participate in a program of the State Department of your country in the category of “Women political leader!”

You allege, Mr. Ambassador, to justify the cancellation of this trip, which Me Oyane Ondo never sought, the excessive politicization of that event by the Press. Politicization of the information in the press you say? Really? The United States of America would direct their diplomacy at the whims of information and interpretations of the local Gabonese press? We are surprised to learn that America – the leading power in diplomacy, military and largest democracy – is so fragile!

A country whose diplomacy flickers and varies according to comments made in the Gabonese Press! Can you tell us exactly what it is? The truth liberates, it soothes, it assembles. And we can handle the truth!

Anyway, Mr. Ambassador, your attempt using unconvincing argument to explain the reasons for the cancellation of this trip is also an insult to the intelligence of Gabonese people, we are not simpletons! Why fabric inaccuracies, which we dare not call lies?

To our knowledge, Me Oyane Ondo is not running an NGO that cares for AIDS orphans. Nor does she direct the Women’s Cooperative producers of cassava from Agnisock (whom we respect and value by the way). But she is the founder of an NGO whose purpose is precisely to defend human rights and promote democracy! What can there be more political than such a mission as it is precisely the public power that violates essentially human rights in Gabon and that it is still the regime which denies the people democracy? Excellence, if not politics, what would have Me Oyane Ondo talk about during this trip?

Excellency, Mr. Ambassador,

We love America. We like some of its history of struggle to defeat the British colonization. We have infinite admiration for the great men and women who have made history: Thomas Jefferson, George Washington, Abraham Lincoln, Franklin Delano Roosevelt, Martin Luther King, Rosa Parks, etc… We are impressed by the willingness of America to preserve and defend freedom at all costs, even in the most painful circumstances! We adore, like many young Africans, its culture that inspires us so much. We are fascinated by its creative genius and innovation. We are most excited about the incredible vitality of its great democracy and its balanced political system with has evolved through centuries without many wrinkles. Alas, that your attitude is contrary to the ideals proclaimed by America, dismays us! For by acting as you do since your arrival in Gabon, you block the hopes of democracy for the Gabonese people; you stifle the desire for freedom the Gabonese have to write their history and the right to choose their destiny, you trample our human rights, you cultivate frustration, you want to encourage us – against our will – to hate America and display toward her a hatred that is not registered, as in some parts of the world, in our depths.

Your Excellency, you have taken too much water, your liabilities are starting to become a problem for you to continue to officiate here in Gabon, with credibility and relevance! You should know “leave things before they leave you,” says a popular wisdom. It is true that your legitimacy comes from those who have appointed you. But objectively and in good faith, what role would you continue to play in our country only if your only contacts are your friends from the presidential palace?

What remains for your effectiveness if other politicians and members of the civil society no longer give you the minimum esteem and confidence necessary for the mission which is yours?

You soil voluntarily, Mr. Ambassador, the image and discourse of America in Gabon. Therefore, we call on President Obama to proceed with your replacement. And hope following your departure, to host an ambassador who will not cause his country to shrink, who will not forget America’s mission in the world and the dream she arises in our countries including in the most remote areas.

We imagine obviously the sarcasm that this claim will elicit in you. But let us say that each week we will send a letter to the White House and the State Department about it until such time you are definitively relieved of your duties in Gabon. For your contempt for the Gabonese people who have the bad luck and bad idea to contradict your friends in Power in Gabon, is too obvious and unbearable!

Thereafter, nothing will prevent you from coming back, as a private citizen, in our country as you seem to appreciate the hospitality.

Thanking you in advance for the urgent and positive response that you will give this sincere and frank invitation to leave Gabon on your own, we beseech you, Excellency Mr. Ambassador, to kindly accept the assurance of our consideration.

For the committee, Desiré ENAME,

Journalist, defender of Human Rights

ramses.frank@gmail.com

(Journal Echos du Nord)

 

Lettre ouverte à Son Excellence

Monsieur Eric BENJAMINSON,

Ambassadeur,

Chef de la mission diplomatique des Etats-Unis au Gabon

Monsieur l’Ambassadeur,

Nous vous écrivons cette lettre pour exprimer notre étonnement et notre préoccupation à l’égard de vos actes, votre doctrine et votre fixisme depuis que vous êtes accrédité comme Chef de la mission diplomatique des Etats-Unis d’Amérique dans notre pays. Depuis votre arrivée à la tête de cette mission diplomatique, en effet, non seulement vous ne vous êtes jamais illustré par une grande ouverture d’esprit en écoutant des opinions différentes de celles favorables au Pouvoir mais, en plus, et au contraire, vous vous êtes au fil des mois, éloigné de la mesure, de la circonspection, de la pondération, des convenances et la distance qu’on est en droit d’attendre d’un diplomate. Sachez tout d’abord, Monsieur l’ambassadeur, que nous aurions préféré échapper à la tentation de vous écrire cette lettre qui n’eût pas été possible il y a encore quelques mois. Mais en l’espace de seulement quelques semaines, vous avez délibérément franchi la ligne rouge du tolérable. Ce sont vos agissements incompréhensibles qui nous ont décidés à vous adresser cette lettre ouverte. Sans doute, un sentiment de toute-puissance vous a-t-il poussé à croire que vous pouvez tout faire, que vous pouvez tout dire et qu’il n’y aura jamais de toute façon un Gabonais pour vous répondre. Permettez-nous de vous dire Monsieur l’ambassadeur que vous vous êtes trompé. Cette fois, il faut bien qu’on se mêle de ce qui nous regarde fût-ce au prix d’une convocation par la police militaire du Gabon. Qu’importe les conséquences sur notre liberté, notre intégrité physique et nos misérables vies! En tout cas, il n’eut pas été acceptable pour notre humanité de laisser passer ces deux affronts, de telles humiliations qui nous indignent et nous insupportent sans compter les conséquences qu’ils induiront inévitablement et durablement sur notre avenir.

Monsieur l’Ambassadeur,

Le 28 décembre 2012, dans une interview accordée au site d’informations en ligne ” Gabonreview “, vous aviez cru bon de justifier la dissolution de l’Union nationale et de conseiller à ses leaders de créer un autre parti politique. Vous avez une curieuse conception Monsieur l’ambassadeur de l’Etat de droit, de la liberté et du combat politique! C’est très étonnant ! Savez-vous que les dispositions de la Constitution gabonaise n’évoquent en aucune manière la dissolution d’un parti politique ? Savez-vous par exemple que dans les principes généraux du droit, sauf hypothèse où un groupement a pour objet dans sa constitution et mentionne explicitement l’appel au meurtre ou à la haine de l’autre, on ne dissout pas les partis politiques dans une démocratie ? Savez-vous, Monsieur l’ambassadeur -vous qui appelez les dirigeants de l’Union nationale à changer de nom -, que votre ami Ali Bongo a pris avec une diligence étonnante une ordonnance avec pour unique objet d’empêcher les leaders de l’Union nationale de fonder un autre parti politique?

Comment comprendre cette attitude venant du représentant d’un pays où le ” Ku Klux Klan ” existe depuis 1865 sans que -liberté oblige – il n’ait jamais été question de le dissoudre ? Aussi détestable que soit son seul objet, qui se résume en la destruction des minorités ethniques, aussi horrifiants que soient ses appels à assassiner le président américain lui-même, cette organisation continue d’exister dans le pays d’où vous venez, au nom des principes sacrés de liberté d’association et d’opinion. Comment pouvez-vous justifier et soutenir la dissolution d’un parti politique qui au demeurant n’a jamais posé ni d’acte de violence, ni prôné la violence, ni même avoir dans ses buts et ses statuts la violence comme instrument d’accès au pouvoir ? Comment le ressortissant et représentant à un niveau si élevé d’un Etat qui met dans le Préambule de sa constitution que: ” Nous tenons pour évidentes par elles-mêmes les vérités suivantes: tous les hommes sont créés égaux; ils sont dotés par le Créateur de certains droits inaliénables; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur ” peut-il s’accommoder de telles situations ? Comment le représentant d’un pays qui est tellement convaincu qu’il incarne un destin profondément universel, un pays qui proclame que la cause de l’humanité est sa cause qui dit que sa terre est l’asile de tous les persécutés de la liberté peut-il si allègrement rester insensible à la dissolution du plus grand parti de l’opposition dans un pays où il est accrédité? Comment le représentant d’un pays qui fait des guerres au nom de la défense de la démocratie, de la liberté et des droits humains dans le Monde peut-il être à ce point contre des citoyens non-violents et sans armes qui justement revendiquent leurs droits légitimes à vivre dans une démocratie, dans un Etat de droit et de rechercher leur propre bonheur?

Monsieur l’ambassadeur, manifestement, la seule chose que vous proposez à l’opposition gabonaise, c’est l’injonction de tendre l’autre joue au Pouvoir pour se faire gifler encore plus fort. Vous lui suggérez d’arrêter de penser et de cesser de perturber la vie somptuaire et de nabab que mène votre meilleur ami Ali Bongo au grand dam de notre Peuple.

Cet embrigadement et cette allégeance de l’opposition au Pouvoir que vous souhaitez tous azimuts correspondent-ils à l’idée que vous vous faites de la démocratie ? Sont-ce là les enseignements que vous avez reçus dans le cadre de votre formation en Histoire des Institutions et de l’Idéologie politique à l’Université de l’Oregon ? Cela correspond-il à votre foi d’Homme de Dieu, attaché à la vérité ?

Monsieur l’ambassadeur,

Vos navrantes déclarations sur le fait que le Gabon est une démocratie où les droits de l’Homme sont parfaitement respectés sont une insulte à l’intelligence ou au moins, au bon sens du Peuple gabonais. Et même la France qui de notoriété publique nomme nos chefs d’Etat ici au Gabon et se porte garante de leur longévité au pouvoir et de leurs dérives, son ambassadeur en poste dans notre pays, s’interdit de manifester un tel parti pris ostensible en faveur de la dictature sous le joug de laquelle nous ployons ici au Gabon.

Peut-on accepter aux Etats-Unis que la moindre manifestation publique que souhaiterait organiser le Parti Républicain soit soumise à l’appréciation discrétionnaire d’un fonctionnaire de l’administration Obama et, qui plus est, partisan zélé du Parti Démocrate ? Peut-on accepter aux Etats-Unis que le Président Obama désigne comme Président de la Cour Suprême fédérale – qui équivaut à notre Cour constitutionnelle-, un membre de sa famille qui serait ensuite juge des élections auxquelles le Président Obama et son parti se présentent ? Inutile que vous répondiez à ces questions purement rhétoriques. Nous savons que vos réponses seront négatives. Et bien, figurez-vous, Excellence, que nous non plus ne supportons pas cette situation ! Nous aussi sommes des êtres de chair et de sang. Ce que vos concitoyens Américains tiennent pour intolérable l’est aussi pour nous ! Que l’indignation et la nausée que de telles situations provoqueraient dans votre pays soient égales à notre indignation et notre nausée ! Que nous aussi nous aimerions éprouver l’émotion et la fierté d’avoir enfin un Président qui a été choisi par une majorité de Gabonais ! Que nous aussi nous aimerions avoir la possibilité de demander des comptes à nos dirigeants et de les sanctionner électoralement si besoin est.

Comme si cela ne suffisait – et c’est le piétinement de trop – vous avez cru bon d’annuler sans autre forme de procès le voyage de Me Oyane Ondo qui devait participer à un programme du Département d’Etat de votre pays dans la catégorie: ” Femmes leader politique ” !

Vous alléguez, Monsieur l’ambassadeur, pour justifier de l’annulation de ce séjour, ce que Me Oyane Ondo n’avait par ailleurs pas sollicité, une politisation excessive de la Presse de cet événement. Politisation de l’information par la presse dites-vous ? Vraiment ? Les Etats-Unis d’Amérique conduiraient-ils leur diplomatie au gré des informations et des interprétations de la Presse locale du Gabon ? Nous sommes étonnés de savoir l’Amérique – première puissance diplomatique, militaire et plus grande démocratie – soit si fragile !

Un pays dont la diplomatie vacille et varie au gré des commentaires faits dans la Presse gabonaise ! Pouvez-vous nous dire exactement ce qu’il en est ? La vérité libère, elle apaise, elle rassemble. Et nous sommes capables de supporter la vérité !

Quoi qu’il en soit Monsieur l’ambassadeur, votre tentative d’argumentation peu convaincante pour expliquer les raisons de l’annulation de ce séjour est aussi une insulte à l’intelligence des Gabonais ; nous ne sommes pas à ce point des simplets ! Pourquoi ce tissu d’inexactitudes, pour ne pas dire de mensonges ?

À notre connaissance, Me Oyane Ondo ne dirige pas une ONG qui s’occupe des orphelins du Sida. Elle ne dirige pas non plus la Coopérative des femmes productrices du manioc d’Agnisock (que nous respectons et apprécions par ailleurs). Mais elle est bien fondatrice d’une ONG dont l’objet est précisément de défendre les droits de l’Homme et de promouvoir la démocratie ! Que peut-il y avoir de plus politique qu’une telle mission dans la mesure où c’est précisément la puissance publique qui viole l’essentiel des droits de l’Homme au Gabon et que c’est encore elle qui s’illustre dans le refus de la démocratie ? Excellence, si ce n’est de politique, de quoi Me Oyane Ondo aurait-elle bien pu parler au cours de ce périple ?

Excellence Monsieur l’ambassadeur,

Nous aimons l’Amérique. Nous aimons une partie de son histoire dans son combat pour se défaire de la colonisation anglaise. Nous avons une admiration infinie pour les grands hommes qui ont fait son histoire : Thomas Jefferson, Georges Washington, Abraham Lincoln, Franklin Delano Roosevelt, Martin Luther King, Rosa Parks, etc. Nous sommes impressionnés par la volonté de l’Amérique à préserver et à défendre à tout prix la liberté, même dans les épreuves les plus douloureuses ! Nous adorons, à l’instar de beaucoup de jeunes africains, sa culture qui nous inspire tant. Nous sommes fascinés par son génie créateur et sa capacité d’innovation. Nous nous enthousiasmons pour l’incroyable vitalité de sa grande démocratie et son système politique équilibré ayant traversé des siècles sans prendre une ride. Hélas !, que votre attitude soit contraire aux grands idéaux proclamés par cette Amérique-là nous consterne ! Car en agissant comme vous le faites depuis votre arrivée au Gabon, vous obstruez les espoirs de démocratie du Peuple gabonais ; vous étouffez la volonté de liberté des Gabonais à écrire leur histoire et le droit de choisir leur destin ; vous piétinez nos droits humains ; vous cultivez la frustration ; vous voulez nous inciter – à notre corps défendant – à détester l’Amérique et à lui vouer une haine qui n’est pas inscrite, comme dans certaines parties du monde, dans nos tréfonds.

Excellence, vous avez pris trop d’eau, votre passif commence à devenir un problème pour que vous continuiez à officier ici au Gabon avec crédibilité et pertinence ! Il faut savoir ” quitter les choses avant qu’elles ne vous quittent “, dit une sagesse populaire. Certes votre légitimité vient de ceux qui vous ont nommé. Mais objectivement et en toute bonne foi, quel rôle pourriez-vous continuer à jouer dans notre pays si vos seuls interlocuteurs sont vos amis de la présidence?

Que vous reste-t-il encore comme marge de manœuvre si les autres acteurs politiques de l’autre camp et la société civile ne vous accordent plus le minimum d’estime et la confiance nécessaires à la mission qui est la vôtre ?

Vous brouillez volontairement, Monsieur l’ambassadeur, l’image et le discours de l’Amérique au Gabon. Par conséquent, nous demandons au Président Obama de décréter votre remplacement. Et souhaitons à la suite de votre départ un ambassadeur qui ne rapetissera pas son pays, qui n’oubliera pas la mission de l’Amérique dans le Monde ainsi que le rêve qu’elle suscite dans nos contrées y compris les plus reculées.

Nous imaginons évidemment le sarcasme que cette prétention va susciter chez vous. Mais laissez-nous vous dire que chaque semaine, nous ferons parvenir une lettre à la Maison blanche et au Département d’Etat à ce sujet jusqu’à ce que vous soyez relevés définitivement de vos fonctions au Gabon. Car votre mépris à l’égard des Gabonais qui auraient la malchance et la mauvaise idée d’être des contradicteurs de vos amis du Pouvoir gabonais est trop patent et insupportable !

Par la suite, rien ne vous interdit de revenir, à titre personnel, dans notre pays dont vous semblez tant apprécier l’hospitalité.

Vous remerciant d’avance de la suite positive et urgente que vous voudrez bien donner à cette invitation sincère et franche à quitter par vous-même le Gabon, nous vous prions, Excellence Monsieur l’ambassadeur, de bien vouloir trouver par ailleurs, les assurances de notre considération distinguée.

Pour le comité Désiré ENAME,

Journaliste, défenseur des Droits de l’Homme

CONFÉRENCE NATIONALE SOUVERAINE: QUE PEUVENT NOUS APPRENDRE LES EXPÉRIENCES DE “CONFÉRENCES DE CITOYENS”?

(Nous continuons notre série de discussions entourant l’organisation prochaine de la Conférence nationale souveraine au Gabon. Nous abordons différents sujets d’intérêts pour un tel événement)

Qu’est-ce qu’une Conférence de citoyens?

Une conférence de citoyens (parfois appelée jury citoyen), c’est une assemblée temporaire désignée par tirage au sort ou choisie par une autre méthode aléatoire (démarchage dans la rue, etc.) pour aider à la prise de décisions politiques. Le but est de renforcer la participation citoyenne dans les processus politiques et/ou d’éclairer la prise de décision dans des situations complexes, en consultant un échantillon de la population.

Historiquement, les jurys citoyens s’inspirent du modèle des jurés d’Assises, d’où le nom de “jury” qui leur  est souvent donné, en particulier dans les pays anglo-saxons. Leur objectif est cependant de faire des propositions plutôt que de juger les décisions déjà prises.

Les conférences de citoyens sont utilisées à titre expérimental dans de nombreux pays depuis les années 2000. Ils ont un cadre plus officiel dans certains pays comme l’Allemagne (notamment à Berlin), le Danemark ou l’Espagne.

Les conférences de citoyens favorisent la mise en place des procédures de participation démocratique propres à favoriser et à enrichir le débat public et à instaurer une relation de confiance et d’écoute entre les citoyens et les pouvoirs publics.

Selon différentes recherches faites sur le modèle de “conférences de citoyens”, notamment par la Fondation Sciences Citoyennes, celles-ci sont généralement constituées de sept procédures permettant leur bon déroulement, tant dans la forme (le cadre) que dans le fond (le contenu) :

1. Un comité de pilotage réunissant des experts dans le domaine scientifique dont traite la conférence et des spécialistes de la procédure de conference de citoyens. Il détermine la formation à suivre ainsi que les formateurs.

2. Un groupe de citoyens ordinaires réunis de manière aléatoire, mais en assurant une grande diversité (sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, région d’origine, sensibilité politique, etc.).

3. Un facilitateur professionnel (animateur maîtrisant la dynamique de groupe ou un psychosociologue).

4. Un week-end minimum réservé à la formation et l’information la plus objective possible, suivi d’un week-end de formation aux enjeux, réalisé de manière contradictoire.

5. Un week-end « débat public », organisé pour répondre aux questions clés énoncées par les citoyens à l’issue de leur formation, dans lequel interviennent des experts et des « porteurs d’enjeux » pouvant être choisis par le groupe à cet effet.

6. Des recommandations élaborées par les citoyens à l’issue du week-end « débat public ».

7. Une conférence de presse pour donner lecture des recommandations de citoyens et/ou leur remise aux politiques.

Ces procédures, fil conducteur éclairant, ne sont pas à prendre au pied de la lettre. Elles peuvent, d’une part, être réajustées à l’objet qui concerne les organisateurs d’une conference de citoyens et d’autre part, être confrontées à d’autres regards et points de vue.

Rappelons ici que les conférences de citoyens sont nées dans un contexte de prise de décisions sur des sujets scientifiques particuliers et complexes, notamment en médecine. Dans le cadre d’une Conférence nationale souveraine comme celle qui est envisagée au Gabon, il est important de bien ajuster les procédures d’une Conférence de citoyens aux objets plutôt larges qui peuvent y être abordés.

Quelques exemples de conférence citoyenne

Conférences de consensus : un débat entre profanes et experts

Au Danemark d’où le modèle a été initié, une conférence de consensus est une enquête publique de 4 jours réunissant un groupe de 10 à 16 citoyens chargés d’évaluer un sujet socialement sensible dans le domaine de la science et de la technologie. A la suite d’une délibération extensive, ces profanes posent leurs questions à un panel d’experts (parmi lesquels des représentants de  groupes d’intérêts), évaluent leurs réponses, puis délibèrent entre eux. Le résultat de cette délibération est rendu public à la fin de la conférence sous la forme d’un rapport écrit, qui est ensuite adressé à des parlementaires, des scientifiques, des groupes d’intérêts et des membres du public.

Il s’agit d’un mécanisme de « facilitation de », et non de « substitut à » l’évaluation des technologies et la prise de décision par les institutions représentatives. Cette participation est d’autant plus efficace qu’elle s’appuie sur une société civile forte et structurée.

Publiforum : une manière d’évaluer avec les citoyens

En Suisse, le Publiforum (par exemple : “Electricité  et Société” en 1998, “Génie génétique  et alimentation” en  1999) poursuit deux objectifs : d’une  part, il met en contact les points de vue qui s’expriment au sein de la société et du public avec ceux qui caractérisent les milieux de la recherche, politique et économique afin d’encourager une compréhension mutuelle. D’autre part, les citoyens et citoyennes prenant part à  l’exercice reçoivent la  possibilité de s’exprimer sur la problématique soumise à discussion et d’en tirer des recommandations.

Le modèle NIP (Noyaux d’Intervention Participative)

Dans le NIP, des citoyens choisis au hasard travaillent pendant quelques jours en groupes d’environ 25 personnes, assistés par des modérateurs, des techniciens et des experts sur le thème en question. Ils développent et présentent leurs solutions au problème posé. Les participants sont libérés de leurs tâches quotidiennes, et perçoivent une rémunération.

Le modèle NIP offre une solution consensuelle à un problème concret. Il permet d’ouvrir la voie à une culture participative. Instrument de consensus et de dialogue, il favorise la communication entre les participants et contribue à éviter les conflits. Les décisions qui sont prises ne sont pas influencées par des intérêts particuliers, ce qui apporte à l’administrateur ou au gestionnaire un niveau supérieur de légitimité pour mener à bien un projet d’intérêt général.

Le NIP montre la capacité et le niveau de créativité des participants dans des situations où il faut comprendre, analyser, et résoudre les problèmes posés; il donne la possibilité aux techniciens et administrateurs de se rapprocher du citoyen et de son contexte de référence réel.

La méthode du panel des citoyens

Le panel de citoyens est un groupe de gens choisis selon une procédure aléatoire et libérés (avec une  rémunération) de leurs activités quotidiennes pour une période limitée, afin d’élaborer des solutions aux problèmes, avec l’aide de “médiateurs de processus”. Dans cette méthode, les citoyens agissent comme des évaluateurs ou des planificateurs non professionnels. Le panel de citoyens vise à faire émerger des propositions consensuelles.

Le sondage d’opinion délibératif (SOD)

Le SOD consiste à réunir un échantillon sélectionné au hasard parmi l’électorat national pendant quelques jours, pour le soumettre à un processus de discussion de certaines questions politiques.

Les forums de discussion

Les forums de discussion sont des instruments de participation permettant à des citoyens volontaires de prendre part à des discussions sur des enjeux politiques. Ils ne visent pas à influencer directement les décisions politiques, mais à encourager le dialogue et la délibérationentre citoyens. Aux États-Unis, plusieurs centaines d’organisations civiques et éducatives se sont fédérées pour débattre ensemble et simultanément des mêmes thèmes ayant rapport à  la  vie publique  du  pays (les National Issues Forums).

CLG

LE JOYEUX NOEL DU MERCREDI 26 DÉCEMBRE 2012 A ALI BONGO ET SA LEGION ETRANGÈRE

Gabonais, accordes-tu l’hospitalité à un étranger pour qu’il détruise ton pays, viole ta femme et tes filles ?

Lui accordes-tu ton amitié pour qu’il pille tes terres, profane les tombes de tes ancêtres et assassine tes enfants ?

Lui tends-tu la main pour qu’il écrase tes doigts, brule tes cases, et règne en maitre absolu sur ton héritage ancestral ?

Suite à d’une citation directe initiée par un petit étranger appelé Liban Souleiman, le Somalien chef de cabinet d’Ali Bongo, Notre vaillant et courageux frère Marc Ona Essagui, comparaitra ce mercredi 26 décembre 2012 au tribunal de Libreville, pour avoir dénoncé la proximité de cet enfant expatrié avec Olam, la société à qui revient petit à petit les terre fertiles du Gabon grâce à Ali Bongo.

Chers compatriotes, préférons notre fils à notre neveu, notre neveu au fils du voisin gabonais et le fils du voisin gabonais au fils du voisin étranger. Faisons du mercredi 26 décembre 2012, le jour tant attendu pour la libération de notre chère Patrie. Que ce qui doit arriver, arrive. Pour cela, tous en masse, rendons-nous au tribunal de Libreville, ce mercredi 26 décembre 2012, munis de casseroles, boîtes de conserve vides et de cuillères, pour dire « NON AUX ENVAHISSEURS AUDACIEUX ET A LA DICTATURE» et en finir une fois pour toute.

NB : A photocopier et à distribuer dans toute la ville dès aujourd’hui.

Image

Déclaration de la Coalition Gabonaise Publiez ce Que Vous Payez (PCQVP), suite au procès politique du 26 décembre 2012 contre Marc ONA ESSANGUI, Coordonnateur de Publiez Ce Que Vous Payez Gabon et membre de la Conseil international de Publiez Ce Que Vous Payez

Image

Marc ONA ESSANGUI, Coordonnateur pour le Gabon de la Coalition Internationale Publiez Ce Que Vous Payez et membre du Conseil International de Publiez Ce Que Vous Payez subit depuis l’arrivée d’ALI BONGO au pouvoir, une campagne de dénigrement, un acharnement médiatique orchestrée depuis la présidence gabonaise par les Conseillers d’Ali BONGO, sous l’impulsion des journaux comme La Griffe. Chaque semaine à travers ces journaux contrôlés par le régime, Marc ONA est vilipendé, insulté et menacé.

 
Après l’épisode de l’avion de la présidence gabonaise qui avait été arraisonné à l’aéroport de Cotonou au Benin au motif que les responsables de la police de l’air et des frontières dudit aéroport auraient découverts un trafic illicite de drogue et de prostituées, marc ONA avait été entendu en début d’année par la DGR( Direction Générale des Recherches de la Gendarmerie Nationale) suite à une plainte déposée par ACROBESSI , Directeur de cabinet d’ALI BONGO. Au regard de la fragilité et du manque de pertinence de l’acte d’accusation, la plainte d’ACROMBESSI n’a pas pu prospérer.

Aujourd’hui, il est reproché à Marc ONA ESSANGUI d’avoir dit lors d’un débat télévisé tenu le 9 novembre 2012 sur le plateau de la chaine TELEAFRICA lors de l’émission « ma séquence » qu’OLAM appartenait à Souleymane LIBAN et ALI BONGO. Cette nouvelle accusation, fabriquée de toutes pièces par le chef de Cabinet d’ALI BONGO, dont on connait le passé et la moralité douteuse confirme la volonté d’un pouvoir contesté et corrompu décidé à faire taire par tous les moyens, les principaux acteurs de la lutte contre le système en place.

Marc ONA ESSANGUI, membre influent et coordonnateur du Mouvement Citoyen ça suffit Comme ça est au centre des revendications des forces démocratiques et citoyennes qui poussent le peuple à exiger l’organisation de la Conférence Nationale Souveraine dont le processus a été lancé le 08 décembre 2012 et qui connait un réel engouement dans l’opinion.

Face à l’oppression du régime contre Marc ONA ESSANGUI, la Coalition Gabonaise Publiez Ce Que Vous Payez, réaffirme sont soutien total à ce dernier face à LIBAN Souleymane, ACCROMBESSI et ALI BONGO.

Nous réaffirmons que les activités d’OLAM au Gabon sont rejetées par la grande majorité des gabonais, car OLAM est une Société qui n’a aucune ressource propre et qui croupit dans un endettement insoutenable avec entre autres la caution de l’Etat Gabonais. Nous en avons pour preuve les récentes révélations des agences de notations financières internationales qui attestent l’état de faillite d’OLAM. 

De ce qui précède :

  • Publiez Ce Que Vous Payez Gabon( PCQVP) exige l’annulation de ce procès.
  • PCQVP dénonce l’instrumentalisation de l’appareil judiciaire par le pouvoir.
  • Cette situation n’est pas de nature à améliorer l’image ternie de notre pays surtout au moment où le Gabon fait face à une crise multisectorielle grave.
  • PCQVP tient pour responsable le régime en place sur tout ce qui pourrait arriver à MARC ONA ESSANGUI prix Goodman 2009 lors de ce procès.
  • PCQVP rappelle au gouvernement gabonais, ses obligations en matière de respect des droits humains et des libertés de citoyens reconnues par notre constitution de notre pays.
  • Enfin, PCQVP en appelle à la solidarité de la communauté des défenseurs des droits humains tant nationale qu’internationale pour dénoncer cette parodie de procès.

Fait à Libreville, le 24 décembre 2012 

Contacts presse :

Georges MPAGA, Coordonnateur Adjoint de la Coalition Gabonaise Publiez Ce Que Vous Payez : gmpaga@yahoo.fr 241 07 51 99 32 
Marcel LIBAMA, Administrateur, chargé de la sécurité et de la protection citoyenne de la Coalition Gabonaise Publiez Ce Que Vous Payez : libamarcel@yahoo.fr: 241 04 23 03 97

Gabon: Vers des institutions garantes de la croissance et du développement au Gabon

La démarche vers l’organisation de la Conférence nationale souveraine (CNS) en cours au Gabon nous interpelle comme citoyen responsable et soucieux du développement de notre pays et du bien-être de tous les Gabonais.

Cette démarche est une occasion unique d’apporter des pistes de réflexions sur un certain nombre de sujets importants pour l’avenir du Gabon.  Après avoir abordé les thèmes du développement local par la participation citoyenne ainsi que de l’organisation d’un comité citoyen pour rédiger une nouvelle Constitution, le troisième sujet qui nous inspire dans le présent texte concerne les institutions.

En effet, comme les membres de la Société civile, notamment à travers le mouvement «Ça Suffit Comme Ça», l’ont souvent mentionné dans leurs discours (notamment les 13 propositions pour un réel changement au Gabon), il y a un urgent besoin au Gabon de revoir de fond en comble le rôle des institutions.  C’est un message qui semble à priori purement politique. Et pourtant, le rôle des institutions est fondamental dans la croissance et le développement d’une nation. Le présent article tentera d’éclairer le lecteur sur le pourquoi d’une telle assertion, en s’appuyant principalement sur une recherche approfondie menée récemment par les chercheurs Daron Acemoglu et James Robison, provenant respectivement des très prestigieuses institutions d’enseignement que sont le Massachusetts Institute of Technology (MIT) et l’Université Harvard.  L’étude vient d’être publiée chez Deckle Edge, dans un livre intitulé «Why Nations Fail: The Origins of Power, Prosperity, and Poverty» («Pourquoi les Nations échouent : Les Origines du pouvoir, de la Prospérité et de la Pauvreté»).

Comme nous le verrons, dans la définition de nouvelles institutions et/ou la réforme des institutions existantes qui peuvent émerger de la CNS, il s’agira de ne plus voir les institutions comme de simples symboles politiques et/ou de création de postes pour caser des amis du pouvoir (des coquilles vides), il faudra les concevoir comme étant partie prenante, ou mieux, des éléments fondamentaux de toute stratégie de croissance et de développement à long terme qui se veut crédible, soutenue, réaliste et visant réellement à sortir le Gabon de la liste des pays ayant les syndromes des institutions dysfonctionnelles.

Le rôle des institutions dans la croissance et le développement des nations

Sans doute, parmi les questions fondamentales les plus discutées en sciences sociales, on retrouve les causes des différences de croissance et de développement économiques entre les nations. Pourquoi certains pays sont plus pauvres que d’autres? Pourquoi certains pays arrivent à produire de la croissance économique pendant que d’autres stagnent? Que peut-il être fait pour induire (favoriser) la croissance économique et améliorer le niveau (les conditions) de vie dans une société?

Les économistes ont longtemps reconnu que la production nationale per capita dans une société est intimement reliée la quantité de capital humain, de capital physique et de technologie à laquelle les travailleurs et les entreprises ont accès dans un pays.  De même, la croissance économique est reliée à l’habileté pour une société d’augmenter son capital humain, son capital physique et d’améliorer sa technologie.  Dans ce contexte, la technologie est vue dans son sens large.  Ainsi, les différences technologiques se réfèrent non seulement aux différences dans les techniques disponibles pour les entreprises, mais aussi dans les différences à même l’organisation de la production; ce qui veut dire que certains pays auront la capacité d’utiliser leurs ressources plus efficacement ou de façon plus efficiente.  Néanmoins, les différences dans le capital humain, le capital physique et la technologie ne sont que des causes approximatives dans le sens où elles posent une autre question qui est de savoir pourquoi certains pays ont peu de capital humain, de capital physique et de technologie et utilisent mal leurs facteurs de production et occasions de développement qui se présentent à eux?

Afin de développer des réponses plus satisfaisantes à ces questions sur le pourquoi certains pays sont plus riches que d’autres et pourquoi certains pays croissent plus rapidement que d’autres, il est important, selon les chercheurs du MIT et de Harvard, de rechercher les causes fondamentales qui pourraient sous-tendre ces différences dites approximatives entre les pays.  C’est seulement en comprenant ces causes fondamentales qu’on peut élaborer un cadre de formulation des recommandations de politiques publiques qui vont au-delà de ces platitudes (exemple, comme on l’entend souvent dire : «améliorez votre technologie pour générer la croissance») et qui également minimisent le risque de conséquences négatives imprévues.

L’étude du MIT et de l’Université de Harvard soutient donc que, toutes choses étant égales par ailleurs, les institutions sont la cause fondamentale des différences dans la croissance et le développement économiques entre les pays et, ainsi, il est possible de développer un cadre cohérent permettant de comprendre pourquoi et comment les institutions diffèrent entre les pays, et comment elles changent.  Une analyse des institutions permet d’identifier un certain nombre d’indicateurs sur les types d’arrangements institutionnels et sociaux qui sont susceptibles de constituer des obstacles à la croissance ou qui peuvent conduire à des conséquences négatives imprévues.  Dans cette perspective, dans la mise en place des politiques publiques, il est important de bien comprendre les «syndromes de dysfonctionnement institutionnel» ainsi que les causes potentielles d’échecs des réformes institutionnelles.

Qu’entend-on par «institutions»?

Selon l’économiste américain, et prix Nobel, Douglas North, on peut définir les institutions comme «des règles du jeu dans une société ou, plus formellement, comme des contraintes humainement conçues qui façonnent l’interaction humaine».  Trois composantes importantes sont apparentes dans cette définition : 1)elles sont «humainement conçues», ce qui contraste avec d’autres causes fondamentales comme les facteurs géographiques qui ne sont pas intrinsèquement sous le contrôle de l’être humain; 2)elles sont «les règles du jeu» qui établissent les contraintes sur les comportements humains; 3)leur impact majeur se fait sentir à travers des incitatifs.

La notion selon laquelle les incitatifs sont importants est une seconde nature chez les économistes, et les institutions, si elles sont un déterminant clé des incitatifs, devraient donc avoir un impact majeur sur les résultats économiques, notamment le développement économique, la croissance, les inégalités et la pauvreté.  Mais est-ce le cas?  Les institutions sont-elles des déterminants clés des résultats économiques ou des arrangements plutôt secondaires qui répondraient à d’autres facteurs qui seraient plus déterminants, comme les déterminants géographiques ou culturels des interactions humaines et économiques?

L’étude des chercheurs du MIT et de Harvard a donc permis de procéder à une recherche empirique pour tender de répondre à ces questions.  Leur recherche sur les institutions a tenté en définitive d’identifier les spécificités institutionnelles qui sont responsables des résultats économiques dans des situations spécifiques (exemple : effet des institutions juridiques sur les types de contrats des entreprises).  Une définition un peu plus large des institutions a été utilisée; une qui incorpore, en plus de celle de Douglas North, différents aspects de l’organisation économique, sociale, politique d’une société.  Selon une telle définition, les institutions diffèrent des sociétés par leurs méthodes formelles de prise de décision collective (exemple : démocratie versus dictature) ou parce qu’elles ont une vocation économique (sécurisation des droits de propriété, barrière à l’entrée pour le commerce, l’ensemble des contrats disponibles pour les gens d’affaires, etc.).  Elles peuvent aussi différer des sociétés parce qu’on s’attend à ce qu’un ensemble donné d’institutions formelles fonctionnent différemment dans deux sociétés différentes; par exemple, les institutions peuvent différer pour deux sociétés démocratiques parce que la distribution du pouvoir politique repose sur différents groupes sociaux ou différentes classes sociales, ou parce que dans une société, la démocratie est sur le bord de l’effondrement alors que dans l’autre, elle est dans une phase de consolidation.

À moins de s’évertuer à bien comprendre le rôle spécifique que jouent les institutions pour la croissance et le développement, on risque de se doter d’institutions dysfonctionnelles qui ont des conséquences négatives pour le développement d’une nation.

L’impact des institutions

Il est existe de grandes différences à travers les pays dans la manière dont la vie politique et économique est organisée.  Une volumineuse littérature documente les différences dans les institutions à travers les pays, ainsi que la corrélation forte entre ces institutions et la performance économique.

Néanmoins, les corrélations souvent démontrées entre les institutions et la performance économique n’établissent pas nécessairement que les pays avec les pires institutions sont pauvres à cause simplement de leurs institutions. Après tout, un pays comme les Etats-Unis diffère du Nigéria, du Kenya, de la République dominicaine ou du Gabon dans ses fondements sociaux, géographiques, culturels et économiques, ainsi, ceux-ci pourraient être la source de piètres performances économiques que pourraient enregistrer ces pays. Dans les faits, ces différences peuvent être la source des différences institutionnelles elles-mêmes. Partant, l’analyse des corrélations demeure insuffisante pour établir clairement si les institutions sont ou pas des déterminants importants de la performance économique.

Afin de mieux saisir la problématique, il convient d’isoler une source exogène des différences entre les institutions, afin de pouvoir estimer une situation dans laquelle un certain nombre de sociétés plus ou moins identiques au départ finissent par se retrouver avec des institutions différentes.  Pour ce faire, la colonisation européenne propose un laboratoire potentiel d’analyse.  On se rappellera que les Européens ont dominé et colonisé la presque entièreté du monde hors-Europe.  En plus de cette domination, les Européens ont imposé des institutions et des structures sociales très différentes dans différentes parties du globe.

Dans la plupart des colonies d’Afrique, des Caraïbes et de l’Asie du Sud-Est, les Européens ont mis en place des « états d’extractions des ressources ». Ces institutions (au sens large) n’ont ni introduit la notion de protection de la propriété privée, ni fournit un cadre qui permettait de contrebalancer les pouvoirs du gouvernement. L’objectif explicite des Européens dans ces colonies était l’extraction (pour ne pas dire le pillage) des ressources, d’une manière ou d’une autre. Cette stratégie de colonisation, et les institutions qui y sont associées, contrastent avec les institutions que les Européens ont mises en place dans d’autres colonies, notamment aux Etats-Unis, au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Dans ces dernières, l’emphase a été mise sur le renforcement des droits de propriété pour une grande partie de la société, favorisant du même coup le commerce et l’entrepreneuriat.  Dans les colonies d’Afrique et des Caraïbes, seuls les droits de propriété d’une petite élite étaient protégés, alors que la grande majorité de la population ne profitait d’aucun droit de propriété et faisait en plus face à d’importantes barrières les empêchant de participer pleinement aux activités économiques. Même si les investissements de l’élite peuvent générer une certaine activité économique durant une période limitée, pour une croissance soutenue à long terme, les droits de propriété accordés à une large frange de la population demeure une politique plus importante, voire cruciale.

Un élément déterminant à noter est que lorsque les Européens décidaient de s’installer en grand nombre dans une colonie, les institutions y étaient développées afin qu’elles puissent apporter des bénéfices à long terme. Dans le cas contraire, lorsqu’ils décidaient ne pas s’installer dans une colonie en grand nombre (cas de plusieurs colonies d’Afrique), leur objectif était simplement d’y mettre en place un appareil étatique centralisateur imposant, avec les institutions qu’on y associent, dans le but d’opprimer et exploiter les populations locales et de faciliter l’extraction des ressources à court terme.

Somme toute, une variété d’exemples dans le monde (la Corée du Nord communiste et antidémocratique, versus la Corée du Sud capitaliste et plus libre) mettent en évidence qu’une différence entre les institutions peut avoir une grande influence sur les différences du niveau développement économique entre les pays. Cette évidence suggère que pour bien comprendre pourquoi certains pays sont pauvres, nous devrions comprendre pourquoi leurs institutions sont dysfonctionnelles. Mieux encore, on devrait se poser la question difficile suivante : si les institutions ont un impact important sur le développement économique et le niveau de richesses d’une nation, pourquoi certaines sociétés choisissent, finissent avec et maintiennent des institutions dysfonctionnelles ?

Les syndromes des institutions dysfonctionnelles

Jusqu’ici, l’argument défendu est bien que les institutions ont un impact important sur les résultats économiques d’un pays. Bien plus, les institutions sont cruciales parce qu’elles façonnent les incitatifs politiques et économiques. On peut maintenant se demander à quoi peuvent se ressembler les bonnes et mauvaises institutions et comment peuvent-elles être réformées ou influencées par des interventions ?

Les institutions dysfonctionnelles entraînent de mauvais résultats économiques. Pour comprendre pourquoi de mauvaises institutions restent en place (sachant qu’elles nuisent à la performance économique), il est important d’étudier la structure du pouvoir politique, la nature des institutions et des incitatifs politiques dans une société. Pour parler de syndromes des institutions dysfonctionnelles, nous avons besoin de comprendre quelles sortes de situations politiques aboutissent à de mauvaises institutions économiques.

Les chercheurs du MIT et de Harvard identifient trois facteurs importants qui influencent la nature de l’équilibre politique dans une société et conséquemment, le type d’institutions économiques qui émergeront.

Le premier facteur est la force de l’état. Il est peu probable que de bonnes institutions économiques émergent dans les «états faibles» ; ces états incapables d’offrir des biens publics de bases à leurs citoyens. Cependant, la force de l’état ne suffit pas en soi pour garantir des résultats satisfaisants. Comme deuxième facteur qui influence l’équilibre politique, il faut y ajouter les «états contraints (limités) et non contraints» (contraintes institutionnelles et de facto).  Le troisième le facteur est la «domination d’une élite» (l’état est dit «capturé» ou pris en otage par une élite).

État faible État fortSans contraintes État fortAvec contraintes
Capturé Manque de biens publics Oligarchie type I Oligarchie type II
Non capturé Manque de biens publics Kleptocratie ou populisme DémocratieEtat en développement

Classification de systèmes politique, Acemoglu & Robinson (2010).

Dans ce texte, nous discutons essentiellement des états faibles ainsi que des états forts sans contraintes. Nous sommes plus à même de reconnaître certaines caractéristiques de ces formes de régime au Gabon. Disons-le tout de suite : le Gabon n’est pas une démocratie.

États faibles

Ce sont en général les pays pauvres qui ne sont pas capables d’offrir des biens collectifs ou publics tels que le renforcement des droits de propriété, de la loi et l’ordre et des infrastructures. En l’absence de ces facteurs de production essentiels ou matières de base dans le processus de développement, le secteur privé ne peut pas être florissant.  Plusieurs pays africains tombent dans cette catégorie.

États forts sans contraintes (non limités) : oligarchie et kleptocratie

Ce sont des états forts principalement pour des raisons historiques. Même si l’état est fort, ceci ne représente pas une garantie automatique que les institutions du pays vont créer des incitatifs au développement. L’impact sur le développement dépend du caractère limité ou non de cet état ainsi que des préférences de ceux qui contrôlent l’état. Entre d’autres termes, il s’agit des incitatifs et des contraintes imposés par ceux qui contrôlent le pouvoir.  Un état fort peut être utilisé pour imposer ou exproprier ceux qui créent la richesse ou pour servir les intérêts d’une minorité au détriment du reste de la société. Ainsi, de toute évidence, même si un état fort peut s’avérer nécessaire pour le processus de développement, cela n’est certainement pas suffisant. En général, l’existence des limites ou contraintes au pouvoir de l’état tend à être une bonne chose pour le développement.

«Oligarchie de type 1»

Toutefois, même un état avec des contraintes de pouvoir peut être capturé (pris en otage) par son élite. Dans ce cas, même si l’état n’est pas en mesure d’exproprier les actifs ou les personnes au bénéfice d’une minorité, il peut tout de même créer de grandes distorsions qui profiteraient toujours à une petite élite. Ironiquement, un état avec contraintes pourrait être plus susceptible d’être pris en otage qu’un état sans contraintes.

D’où viennent alors les contraintes sur les états? Une forte tradition intellectuelle remontant à aussi loin que Montesquieu associe ces contraintes à la nature même de la Constitution. Les Constitutions incluent normalement la séparation des pouvoirs et les systèmes de contrôles et contrepoids; ce qui limite ou restreint l’utilisation du pouvoir politique. Toutefois, il ne faut pas tout attribuer à la nature d’une Constitution. Certains pays comme la Grande Bretagne n’ont pas de séparation de pouvoir et ne disposent même pas d’une Constitution «écrite» au sens qu’on connaît habituellement. En effet, contrairement à la grande majorité des pays, il n’existe pas un seul document juridique qui définit en un seul endroit les lois fondamentales qui décrivent comment l’État (la Monarchie) fonctionne en Grande-Bretagne. Et pourtant, il existe de fortes contraintes sur l’exercice du pouvoir politique en Grande-Bretagne (différentes lois encadrent la vie politique). Par contre, dans d’autres pays, il existe de belles Constitutions sur le papier, mais les institutions donnent peu de place aux contrepoids et contrôles des actions des politiciens, parce que les lois ne sont pas appliquées comme prévues dans les textes. Parfois, même si la Constitution prévoit l’alternance, dans les faits, il n’y a aucune alternance politique alors que le même parti se maintient au pouvoir par toutes sortes de moyens plus ou moins douteux, incluant le contrôle de l’armée par le président proclamé. C’est d’ailleurs le cas bien connu du Gabon et de plusieurs autres pays africains. Ce qui veut dire que dans la réalité, malgré la Constitution, il n’y a presqu’aucune contrainte constitutionnelle de fait sur les leaders qui ont un contrôle sur l’armée. Ceux-ci tentent parfois de faire croire qu’ils subissent des contraintes lorsqu’ils vont à l’extérieur pour faire la promotion à l’international d’une légitimité interne difficile à retrouver auprès de leurs propres peuples. Ce sont plutôt donc les contraintes internationales qui influencent grandement les types de politiques économiques et les institutions que ces leaders promeuvent.

Un état fort sans contraintes peut être contrôlé ou pris en otage par une petite élite qui fonctionne sous la forme d’une oligarchie (de type 1 selon Acemoglu et Robinson). Ce type d’état est rarement démocratique. Le fait que l’état soit sans contraintes signifie que les enjeux politiques sont élevés et que les résultats des processus démocratiques sont souvent extrêmes. Ceci veut dire que les minorités ou groupes qui ne peuvent exercer le pouvoir comme dans une démocratie seraient incités à renverser le régime en place, voyant qu’ils n’ont pas d’autres choix. On reconnaître au passage qu’il existe différentes formes d’oligarchie.

Les états oligarchiques de type 1 ont la capacité de générer la prospérité, mais ils prennent les décisions non pas pour le bien-être de toute la société, mais avec toujours en tête les intérêts d’une petite élite.

«Kleptocratie»

Il existe aussi des états forts et sans contraintes qui ne sont pas dominés (pris en otage) par une petite élite. Dans cette catégorie, on retrouve notamment la kleptocratie ou ce que les politicologues qui étudient l’Afrique appellent le régime centré sur le culte de la personnalité ou néopatrimonalisme, et le populisme. Contrairement à l’oligarchie, ces deux formes de pouvoir ne donnent presque jamais de bons résultats économiques.

En effet, dans un régime kleptocrate comme celui qu’on vit au Gabon, les institutions qui étouffent la croissance économique, sont dominées par un dictateur ou une petite clique, qui se concentre d’abord et surtout sur l’enrichissement personnel au détriment du reste de la population. Les cas de régimes kleptocrates pullulent en Afrique noire : ex-Zaïre (RDC), Congo, Cameroun, Guinée Équatoriale, Togo, Gabon, etc. Tous ces pays où les chefs d’état et leur clique utilise l’état pour s’enrichir personnellement, et avec leur famille. La question profonde devient celle de savoir pourquoi certaines sociétés deviennent des kleptocraties ou laissent les kleptocrates demeurer au pouvoir en dépit de leurs bilans désastreux?

Les chefs des régimes kleptocrates utilisent différents stratagèmes pour s’enrichir et garder le contrôle de tous les pouvoirs : un pourcentage du budget ou des ressources du pays est consacré au président; favoritisme et népotisme, notamment en faveur d’un petit groupe de personnes provenant généralement du même groupe ethnique (ethnie souvent minoritaire dans le pays), particulièrement pour l’occupation des postes dans l’administration publique; élévation de certains aux rangs de barons du régime, intouchables, pouvant conduire impunément des affaires douteuses au grand mépris des règles de droits; contrôle de l’armée par le président; politique de «diviser pour mieux régner», incluant un environnement dans lequel la délation est valorisée et les «coupables» contre le régime sont punis au goût du président (prison, exile, dévotion, etc.); création de liens de dépendance de toutes les personnalités au pouvoir envers le président afin de s’assurer qu’ils sont tous sous sa botte (les loges maçonniques aident dans cette stratégie); la corruption des membres de l’opposition pour les discréditer et autres achats des consciences, notamment par des «dons» de toutes sortes; etc.

L’impact des régimes kleptocrates sans contraintes est désastreux sur le fonctionnement normal des institutions et sur la croissance et le développement d’un pays. Ces régimes ont souvent profité de l’argent généré par les énormes richesses de leur pays pour se maintenir au pouvoir. Le cas des Bongo au Gabon est patent.

En dépit d’une intuition naïve qu’on pourrait avoir qu’un dictateur qui s’accapare de tout pourrait s’abstenir d’utiliser les politiques les plus destructrices, parce qu’il s’attendrait à ce que cela va réduire ses revenus potentiels et le butin à l’avenir, la preuve suggère plutôt fortement que l’intérêt des kleptocrates à maximiser leurs revenus et ceux des membres de leurs familles, tout en restant au pouvoir le plus longtemps possible, a été désastreux pour les institutions et le développement des états comme le Gabon.

La réponse à la question du pourquoi ces kleptocraties existent est intimement reliée à la question du comment ces kleptocrates s’arrangent pour rester au pouvoir. En effet, les kleptocrates, même lorsqu’ils parviennent à rester long au pouvoir, ne se sentent jamais totalement en sécurité dans leurs positions. Ils parviennent à rester au pouvoir et voler ou détourner de larges parts des ressources de l’économie en formant des alliances (au niveau national et international), empêchant toute forme de développement économique ou politique qui pourrait mettre en danger leur mainmise sur le pouvoir; ce qui tout à fait néfaste pour l’économie.

Leçons à retenir

De cette étude du MIT et de l’Université Harvard, nous pouvons retenir les points importants suivants :

  • Le facteur déterminant majeur qui explique les différences de revenus per capita entre les pays est la différence entre les institutions (économiques notamment) de ces pays.
  • Bien que les institutions survivent souvent sur de longues périodes de temps et qu’elles peuvent avoir des conséquences imprévues, les différences entre les institutions dans les différents pays reflètent d’abord le résultat des choix collectifs qui sont faits dans ces pays. Mauvais choix dans le cas du Gabon.
  • Différents choix collectifs reflètent des différences dans les institutions politiques, par conséquent, reflètent différentes redistributions du pouvoir politique.
  • Comprendre le sous-développement implique qu’il faille comprendre pourquoi différents pays restent coincés dans des équilibres politiques destructeurs, ayant des conséquences néfastes sur le fonctionnement des institutions.
  • Résoudre le problème du développement veut donc dire pousser les pays pauvres ou en développement à adopter de meilleurs équilibres politiques qui permettent à ce que ceux qui adoptent des institutions bonnes pour l’économie puissent avoir le dessus sur ceux qui voudraient nuire aux bonnes institutions.
  • Il est très difficile de dire comment les instruments politiques conventionnels peuvent de façon fiable, permettre d’opérer des changements bénéfiques pour l’équilibre politique des pays ayant des institutions dysfonctionnelles. Cette conclusion des chercheurs est pour nous un aveu que parfois, on ne met pas fin à une kleptocratie comme au Gabon par le simple jeu politique avec les outils (ou les institutions dysfonctionnelles) que le régime kleptocrate a lui-même mis en place. Les choix ne sont pas nombreux. Les citoyens doivent donc prendre leurs responsabilités s’ils veulent le changement.
  • Il est fondamental de toujours chercher à comprendre les enjeux politiques du développement et des institutions. En effet, depuis au moins 50 ans, les économistes et autres décideurs tentent de résoudre les problèmes de développement sur la base de la prémisse selon laquelle les pays pauvres ne comprennent pas ce qu’il faut faire, et ainsi, tout ce que ça prend c’est de comprendre sur quel levier on a besoin de tiré pour résoudre la défaillance critique du marché. Cette approche est basée sur une mauvaise compréhension du sous-développement, et les conseils sur les politiques à mettre en oeuvre que cette approche a suscités n’ont pas atteint leurs objectifs.

Afin d’assurer une croissance et un développement durable au Gabon, toutes les institutions doivent être reformées

Alors que la majorité des Gabonais souhaitent que nous allions à la Conférence nationale souveraine pour discuter des problèmes du pays, afin notamment de proposer des solutions pour sortir de la crise et remettre le Gabon sur le droit chemin, nous devons nous instruire sur les phénomènes qui entretiennent les crises au Gabon et nous empêchent de sortir le peuple de la misère. Pour ce faire, l’étude du MIT et de l’Université Harvard nous indique clairement, à travers l’analyse de différents pays, que les institutions sont au centre de toutes les politiques de croissance et de développement des nations.  Ceci conforte les exigences de la société civile et de certains partis de l’opposition qui demandent à ce que les institutions soient revues et réformées au Gabon. Partant, il n’est point question de continuer avec un régime politique comme celui que le PDG continue d’appliquer et qui, comme le dit l’étude, garde le Gabon dans la kleptocratie, nuisant ainsi à son développement.

CLG

23/12/2012

Référence: Acemoglu Daron & Robinson James, ‘The Role of Institutions in Growth and Development‘, MIT, Harvard University.

La « justice » gabonaise décroche le fleuron du déni de justice et de la déconfiture dans l’affaire des « présumés manifestants du 15 août » !

La « justice » gabonaise se dépouille. Elle se vide de ce qui aurait dû constituer sa substance. Elle est délibérément hors jeu. Elle ne s’assigne aucune limite en matière de violations des garanties judiciaires minimales et des obligations du Gabon en matière de respect des droits humains. C’est ce que révèle une fois de plus, une fois de trop, les violations itératives du droit à un procès équitable commises par toute la chaîne pénale du Tribunal Correctionnel de Libreville dans l’affaire des ” présumés manifestants du 15 août “.

Quand une institution qui est garante de la liberté individuelle des personnes est honteusement dévoyée, si délibérément détruite dans ses principes constitutionnels et même de bon sens, c’est le signe d’un pays qui continue tranquillement son délitement. Et cela ne peut qu’appeler des observations critiques de la part d’un défenseur des droits de l’Homme comme moi.

Le vertige vient de ce qu’avec un sadisme qu’on croirait infliger par plaisir, la « justice gabonaise » ne rate jamais une occasion de continuer à porter des atteintes aussi impardonnables à la garantie du droit fondamental à un procès équitable qui est comme le définit pertinemment les articles 10 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, 14 §1 du Pacte International des Droits Civils et Politiques, 7 de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples et l’article 16 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen qui font partie du « bloc de constitutionnalité », le droit pour tout accusé « à ce que sa cause soit entendue équitablement, publiquement et dans un délai raisonnable, par un tribunal indépendant et impartial… »

En faisant l’économie du raisonnement et des moyens dans l’affaire des présumés manifestants du 15 août dernier, à l’analyse, rien ne m’est apparu plus destructeur de l’idéal démocratique, plus gravissime et plus malfaisant que les transgressions qui, sortant du lit d’une justice apaisée, ne visent qu’à complaire excessivement au pouvoir politique en ignorant les garanties du procès équitable relatives à l’audience publique et au droit d’être jugé dans les délais raisonnables.

Le but de ces principes est de protéger des droits concrets et effectifs qui fondent la raison d’être du droit fondamental à un procès équitable qui est une condition à la fois de la légalité de toute décision de justice, notamment en matière pénale, mais également de l’autorité de cette dernière. Mais ces principes constituent également la condition d’une bonne administration de la justice par la transparence qu’ils confèrent à toute la procédure judiciaire, par la confiance en la justice qu’ils inspirent aux justiciables qu’ils protègent in fine contre une justice secrète échappant au contrôle du public et des citoyens.

Chacun sait que le droit à un procès public constitue un élément essentiel du droit à un procès équitable, s’agissant aussi bien des débats que du prononcé de la décision. Ceux-ci doivent être conduits conformément aux règles de l’éthique de la discussion juridique, d’une audience contradictoire et publique. Cette publicité des débats que la Cour de cassation gabonaise déplore souvent la non-régularité et que la Cour de cassation française par exemple, considère comme « un principe général de droit » est « une règle d’ordre public », c’est-à-dire qui s’impose impérativement aussi bien aux parties qu’au juge qui est tenu de la soulever d’office et dont la violation, la méconnaissance entraîne automatiquement l’illégalité de l’acte et par la suite son annulation à tout stade d’une instance juridictionnelle. Il n’est guère étonnant que de façon rectiligne, la jurisprudence de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples considère que :
« la publicité du procès est une mesure de sauvegarde importante de l’intérêt des individus et de la société dans son ensemble. En même temps, un procès doit être ouvert au public en général, y compris aux membres de la presse » (Affaire Media Rights Agenda c. Nigéria). 

Dans ces conditions, la Commission a toujours considéré que l’exclusion du public sans raison convaincante de la salle d’audience était constitutive d’une violation de l’accusé de son droit à un procès équitable.

Or, que s’est-il passé le 23 août dernier le jour de l’audience de jugement ?

Le fait est que les juges du Tribunal correctionnel de Première Instance de Libreville ont fait bon marché de ce principe de publicité des débats en adoptant, malgré les protestations et l’indignation des avocats dont je faisais partie, le huis clos sans au demeurant en remplir les conditions comme méthode de conduite des débats. Toutes choses qui sont contraires à tous les instruments internationaux auxquels le Gabon est partie.

Je ne parviens toujours pas à donner une forme et un sens à cette décision si monstrueusement atypique tendant à favoriser de manière éhontée une politisation excessive des processus de justice sans justifier ou motiver de façon convaincante son bien-fondé selon des critères juridiques.

Chacun sait que le principe du droit à un procès public n’autorise qu’un certain nombre d’assouplissements limitativement énumérés par le droit, soit à la demande du justiciable qui décide d’y renoncer de son plein gré sans équivoque – hypothèse non concluante en l’espèce. Soit, dans des circonstances exceptionnelles, l’accès à la salle d’audience peut être interdit au public et à la presse dans l’intérêt de la moralité publique, de l’ordre public ou de la sécurité nationale ou lorsque les intérêts de mineurs sont en jeu.

Aucun de ces critères pertinents ne se trouve rempli en l’espèce, puisqu’on ne voit pas très bien en quoi la publicité du procès en première instance aurait porté atteinte aux intérêts de la justice. Sauf à reconnaître que les accusations relevaient davantage du domaine politique que d’une appréciation juridique et donc non justiciable. Or, en s’asseyant sur une telle garantie, le juge correctionnel a dérapé, il a perdu sa clairvoyance à cause des intérêts politiques du pouvoir.

La dimension temporelle, la célérité du procès est également une composante essentielle de la garantie du droit à un procès équitable. Les décisions de justice doivent être adaptées à l’urgence compatible avec la situation concrète des justiciables et conformément aux règles de droit. Cette obligation de juger dans les délais raisonnables, à propos de laquelle la jurisprudence du Comité des Droits de l’Homme des Nations Unies souligne de façon constante que : « la notion de procès équitable implique nécessairement que la justice soit rendue sans retard excessif » (Affaire Muñoz c. Pérou, communication No 203/1986, constatations adoptées le 4 novembre 1988, par. 11.2).

Cette diligence spéciale s’impose notamment selon la jurisprudence du Comité lorsque les prévenus, comme en l’espèce, sont placés en détention laquelle selon toute vraisemblance est arbitraire. Le Comité précise d’ailleurs que : “toutes les étapes de la procédure judiciaire doivent se dérouler sans retard excessif. Pour que ce droit soit effectif, il doit exister une procédure qui garantisse que le procès se déroulera sans retard excessif, aussi bien en première instance qu’en appel.” (Earl Pratt et I. van Morgan c. Jamaïque, Communication No. 225/1987, U.N. Doc. CCPR/C/35/D/225/1987). 

L’enseignement principal que l’on peut tirer de ce principe s’agissant de l’affaire des « présumés manifestants du 15 août », c’est que ces derniers, en tout cas ceux d’entre eux pour lesquels un appel a été régulièrement relevé après leur condamnation doivent être immédiatement libérés. 

C’est ce qui ressort à la fois de la jurisprudence du Comité qui rappelle que le paragraphe 3 de l’article 9 du Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques dispose que tout individu arrêté du chef d’une infraction pénale « devra être jugé dans un délai raisonnable ou libéré » (affaire Floresmilo Bolaños c. Equateur, Communication No. 238/1987, U.N. Doc. CCPR/C/36/D/238/1987).

C’est ce qui ressort surtout de la lecture conjointe des articles, 392, 393 et 394 (in fine) du Code de Procédure Pénale gabonais. Selon les dispositions de l’article 393 : «le dossier de la procédure doit être transmis par le Procureur de la République au Procureur Général dans le mois de la décision de la première instance… la Cour doit statuer dans les trois mois de la déclaration d’appel ». 

Or, qu’en est-il de l’affaire des « manifestants du 15 aout » ?

Eh bien, tout en faisant au lecteur l’économie des actes de torture qui leur ont été infligés, du non-respect des conditions de la garde à vue et de la détention préventive, il est avéré que certains d’entre eux ont fait appel le 19 aout 2012. La loi fait obligation à la Cour d’appel de statuer dans un délai de trois mois à compter de la déclaration d’appel, la décision dont appel devant être dactylographiée dans le mois de son rendu et transmise au Parquet Général dans le même délai. Les appelants auraient donc dû être jugés au plus tard le 19 décembre 2012. Or, selon l’Huissier instrumentaire dépêché au Greffe du Parquet de la République, la décision rendue n’était pas encore dactylographiée le 17 décembre 2012.

Ces dispositions des articles 392,393 et 394 in fine du Code de procédure Pénale et du paragraphe 3 de l’article 9 du Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques montrent clairement que l’obligation qui pèse sur le Parquet est une obligation de résultats pour ne pas porter atteinte à la « liberté individuelle » qui garantit les personnes contre les entraves à la liberté d’aller et venir.

Or, cette sûreté qui résulte de ce que nul ne peut être arrêté ou incarcéré que dans des conditions et les cas prévus par la loi a été scandaleusement bafouée, ignorée et piétinée à la date du 19 décembre, à partir du moment où l’appel régulièrement relevé n’a même pas été transmis au Parquet Général pour examen conformément à la procédure fixée par l’article 393 du Code de Procédure Pénale. 

De tels manquements ne peuvent s’assimiler à rien d’autre qu’à un pur déni de justice surtout dans la mesure où, en raison des retards qui sont exclusivement du fait du Parquet, aucun autre appel ne pourrait plus être interjeté le jour où ce dernier serait enfin en mesure de dactylographier la décision correctionnelle dont il s’agit, puisque l’appel serait tardif et les intéressés forclos. 

En agissant ainsi, le Parquet de la République prive les accusés du 15 août 2012 du droit à un procès équitable. Mais en plus, par ces agissements, le Procureur de la République se prend à rêver de choisir discrétionnairement et à sa guise, à quels types de Gabonais devraient être réservés les garanties générales du droit à un procès équitable, et même tout simplement à qui la justice est accessible, qui a droit à ce que sa cause soit entendue par un tribunal. Ce qui est inadmissible dans un État de droit.

Ce faisant, le Procureur commet au minimum une faute morale d’une exceptionnelle gravité qui suffit à disqualifier l’ensemble de la procédure engagée dans le seul intérêt politique. L’article 12 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen incorporée dans le bloc de constitutionnalité rappelle fort à propos que le statut de la force publique n’est pas institué pour l’utilité particulière des juges, mais pour l’avantage de tous. Or, si le pouvoir judiciaire qui dispose du monopole de la violence légitime n’est pas capable de respecter les principes qui fondent sa légitimité à rendre les décisions et l’acceptabilité sociale des décisions rendues, on ne voit pas au nom de quoi, des citoyens ordinaires seraient fondés à demeurer fidèles aux principes du Pacte social.

Une justice ne peut s’accoutumer à sévir sans équité et être portée à croire qu’elle est légitime et qu’elle rend son office dans l’intérêt des citoyens. Ce culte malfaisant pour le politique au détriment de sa mission est préjudiciable à la crédibilité même de cette justice. D’autant que les extravagances auxquelles ces lâchetés ordinales et ordinaires conduisent ne sont pas dommageables exclusivement aux justiciables. Elles détruisent également l’institution judiciaire toute entière notamment quant à l’acceptabilité sociale de la justice rendue, c’est-à-dire la légitimité de cette justice et la confiance qu’elle est sensée susciter auprès des justiciables. Elles écornent pitoyablement du pays tout entier. Et, elles ne rendent même pas service au pouvoir qu’elles croient servir. Puisque c’est à cause de telles pratiques notamment que le Gabon trône confortablement parmi les pires dictatures de la planète. 

Il ne faut pas se leurrer, une bonne administration de la justice et la légitimité de ses juges dépend de leur impartialité, de leur indépendance et de leur courage qui sont au demeurant la rançon de l’Etat de droit revendiqué urbi et orbi par les discours dont les tenants du pouvoir nous abreuvent officiellement et quotidiennement. Ce sont ces exigences qui, pour reprendre les termes du professeur Guarnieri, « renforcent la légitimité du jugement » et l’autorité du pouvoir judiciaire. Car les devoirs de l’institution juridictionnelle et du juge sont aussi des devoirs vis-à-vis de la société qu’ils contribuent à réguler. Et son impartialité constitue comme l’a montré Pierre Rosanvallon, un des fondements de la légitimité démocratique.

Trancher un litige par le droit, c’est certes dire le droit, ce qui implique que le juge puisse réagir en urgence aux violations de la légalité pour éviter que des doutes raisonnables existent sur son impartialité, sous peine de ne pas jouer pleinement son rôle dans la régulation des rapports sociaux. Car le juge est aussi un « ingénieur social » auquel il appartient de « laver les injustices » sans influence directe ou indirecte de tiers, sans pressions ni instructions. 

Arrêtons les « jugements de cour » qui, « selon que vous serez puissants ou misérables […] vous rendront blanc ou noir » ; selon que vous êtes un courtisan du roi, un propagandiste du régime vous rendront coupables ou innocents a priori.

Oui ! Il faut avoir l’audace intellectuelle et morale de dire non au pouvoir politique même quand on est juge du Parquet et qu’on reçoit des instructions de la Chancellerie.

Il faut arrêter un zèle de bas étage qui discrédite la justice.

Sans exemplarité, sans conscience du rôle de la justice, des exigences de vérité et d’équité qu’elle doit au peuple au nom duquel les décisions judiciaires sont rendues, il n’y aura ni démocratie, ni état de droit dans notre pays. Il n’y a que par la promotion de l’égalité de tous devant la loi et la règle de droit que la volonté de faire du Gabon un Etat de droit commencera à prendre corps.

Car, il est important d’avoir conscience que l’on n’est jamais éternellement du côté du pouvoir. On n’est jamais dans le « bon camp » ad vitam aeternam. Il peut arriver que celui qui inflige les injustices aujourd’hui ait besoin de justice demain. Il sera alors content de réclamer le respect ses des droits de l’Homme et de bénéficier d’un procès équitable qu’il avait pourtant coutume de refuser aux autres à l’époque de sa splendeur.

Une dépendance trop admise comme un truisme de l’évidence n’est pas une voie d’avenir pour une institution qui devrait être l’ultime rempart contre les abus politiques, contre toutes les formes d’injustice pour un pays en construction qui aspire à devenir un jour un Etat de droit.

À trop se désaccorder, à trop se priver volontairement de la confiance et de la légitimité du peuple au nom duquel les décisions de justice sont pourtant rendues, on finit par disqualifier définitivement le mot « justice » au demeurant souvent abhorré, dévalorisé et délégitimé dans son rôle social auprès des justiciables. Mais également la chose qui par une sorte de fatalisme commode des hommes de loi, se réduit à une déshonorable et dévastatrice dépendance contraire à la lettre et à l’esprit de ce qui nous sert de constitution, ou pour être tout à fait exacte aux règles du constitutionnalisme classique.

J’en saisi le Conseil des Droits de l’Homme dont le Gabon est nouvellement membre pour démontrer à cet organisme comment notre pays, admis dans le saint des saints des droits de l’Homme, est incapable de respecter les règles élémentaires d’un procès équitable qui est un droit de l’Homme. 

Cette saisine sera portée à votre connaissance la semaine prochaine.

Image

Maître Paulette OYANE-ONDO
Avocate au Barreau du Gabon
Présidente du Centre pour la Promotion de la Démocratie et la Défense des Droits de l’Homme – CDDH Gabon

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 659 other followers