#Gabon-Financial crimes: The snake biting its tail (Editorial, Echos du Nord, Aug 25, 2014)

ECHOS DU NORD, No 247, Libreville, Gabon, August 25, 2014

Echos du Nord No 247 Pic

EDITORIAL
By DESIRE ENAME

The snake biting its tail …

Sounding the death knell, as he did, to amalgamate, as he said, all the people who profited from money given to them by the government for the so-called «rotating celebrations» (of Gabon’s Independence Day) from 2005 to 2009, that is to say that they ‘diverted’ it for personal gain, does Ali Bongo Ondimba (ABO) know that he just opened the Pandora’s box and «the evil» that will be released will spare neither himself nor his relatives and friends? For the record, the «rotating celebrations» scandal will first tell how in 2002 the «pédégistes» (as they call members of the ruling party, PDG) and «businessmen pédégistes» from the provinces of Ngounié and Nyanga, used public money. It will also tell how, in 2003, notorious public figures of Moyen-Ogooué and Ogooué-Ivindo used the 50 billions CFA francs (about 100.6 millions USD) allocated to these two provinces. Among those «emerging preppy», including a very zealous one, who have built an estimated nearly 100 million CFA francs mansion. For 2004, the President of the National Assembly (Guy Nzouba Ndama) and of leading public figures from the province of Haut-Ogooué (province of the Bongo family), including Idriss Ngari (also army General), will have to answer as of how the funds allocated for the festivities have been used. It will be the same of the «pédégistes» from the province of Woleu-Ntem, on top of which, Daniel Ona Ondo, the current prime minister, towards which the fingers are pointed as to the erection of villas near the municipal market Mbgwema. It will also be interesting to ask the defense minister at the time, a certain Ali Bongo, on funding for military bodies, which repeatedly took other directions; so much so that senior officers had visited (late president) Omar Bongo to claim their due, because of the 450 millions CFA francs released for security forces, the latter had received only 50 millions. Omar Bongo had to replace the remain (missing) amount. We can not talk of «rotating celebrations» without asking questions to the boss of BGFIBank group. As it was an inevitable centerpiece of Omar Bongo Ondimba cabinet room. It is not a question here, as noted by members of the Front (Opposition), to track down a few fall guys at the expense of big fish hidding in the PDG.

All this leads to understand a standard established by the Bongo, from father to son. From 1967 to 24 August 2014, they gave their own definition of the diversion of public funds or embezzlement: this is all public money that embezzlement did not get the blank check of the Bongo. That is why the opposition grouped in «the Front», spoke about “presidential authorization to embezzle (PAE)”. At the time of Bongo, the father, three people were able to give it «carte blanche». Besides himself, it is clear that the powerful chief of staff at the time and a so-called ABO, had this latitude. The formula consecrated by Omar Bongo was: “very very very very total agreement”, with a red pen. A formula well known to all senior management. The recipient of that formula (Minister, CEO of company, State Treasurer, General Manager of Budget, High Commissioner for Planning, etc.) knew that the door was open for use, at their discretion, of public funds. But of course, there was also some considerations given to the «clients». This system has not disappeared since his little majesty (Ali Bongo) gloss on the principles of good governance for the beautiful ears of Barack Obama, François Hollande, Angela Merkel and David Cameron. Pure stupidity.

It is this “presidential authorization to embezzle” which has permitted Maixent Accrombessi (Ali Bongo’s chief of staff) to allow the company of another citizen of Benin, in collaboration with Haitian partners, to exercise control over all the incoming telephone calls to Gabon. On each incoming call, the man receives a «percentage rightful» directly. Of course, Accrombessi did not get the authorization just for the sake of his compatriot. It’s a win-win partnership. The system starts from London, where there is a «stock market» which aims to co-opt international calls worldwide. A company called Global Voice Group, based in Miami and owned in majority interest by the Spanish, is a partner in any regularity, with many countries in the world in the context of managing telephone calls. These for the African-Caribbean area deal with an haitian company, which itself has a deal with the hound, Accrombessi. What happens on a large scale, while Gabon could directly build this partnership with Global Voice Group, like many other states? A scheme was put together by Accrombessi to shoot the cover of his side, with one of his compatriots. On behalf of the «PAE» (presidential authorization to embezzle). By the way, this is called insider trading.

Through this channel, the National Agency of digital infrastructures and Frequency (Aninf) of Gabon has established a similar operation by allowing a company based in Holland, “Freenom.Com“, to manage domain “.GA” which is the point access of Gabon on the Internet. Alex Bongo Ondimba, his little majesty’s brother, must explain to Gabonese taxpayers the interest of what appears to be a bad bargain for Gabon, but profitable for a handful of people. This again is nothing more or less than this «PAE». Hence, who is plundering Gabon? ali_bongo_nt_110608_wg

Plato, philosopher, student of Socrates and teacher of Aristotle, says in the story of the myth of Er that the fate of a human being is the fact of his life choices. In this myth, the souls present a Hierophant any type of “fate”, from the lives of most glorious to smaller and even the more insignificant. No soul is driven by the constraint in his choice. This one (the soul) is free. However, it is an indication that the Hierophant indicates the souls that each spell has either constraints or obligations or as it is modest, no constraint. He recommends souls lot of patience and prudence. In the lot of souls, it is one that will choose the most glorious life marked by royalty unrivaled power. It rushes on this lot, but lack of pot, the fate doomed to infanticide; the worst tyrannies and then gradually decline to finally suicide. It will negotiate with the gods in vain. The fate was sealed. It curses the gods without cursing herself. What this soul should have started to do. His little majesty (Ali Bongo) will need to meditate on this myth, because he will find that his crusade against financial criminals will turn against himself, like a snake biting its tail.

One can “be president” or simply act like “being president.” In the first case, one has taken the measure of his fate and one also take the measure of his choices in the under-weighing and carefully examining each one. But if you act like “being president,” that person will have just seen the flashy side of power and its attributes, without realizing the fate relative to this power and the consequences his choices. This is what will happen to his little majesty Ali Bongo Ondimba.

-/-

Translated from french, by Citoyen Libre Gabon

 

 

#Gabon-Crimes économiques et financiers: Le Serpent se mord la queue (Editorial, Echos du Nord du 25/08/2014)

ECHOS DU NORD No 247 du Lundi 25 Août 2014

Echos du Nord No 247 Pic

L’EDITORIAL
De Désiré ENAME

Le serpent se mord la queue…

En sonnant le glas, comme il l’a fait, pour confondre, selon lui, toutes les personnes qui ont bénéficié de l’argent de l’Etat lors des fêtes tournantes de 2005 à 2009, c’est-à-dire qui l’ont détourné à leur profit personnel, Ali Bongo Ondimba (ABO) sait-il seulement qu’il vient d’ouvrir la boîte de Pandore et que les maux qui vont en être libérés n’épargneront ni lui-même, ni ses proches? Car le dossier des fêtes tournantes va d’abord dire comment en 2002 les pédégistes et affairistes pédégistes des provinces de la Ngounié et de la Nyanga ont utilisé l’argent de l’Etat. Il dira également comment, en 2003, les figures de proue du Moyen-Ogooué et de l’Ogooué-Ivindo ont utilisé les 50 milliards affectés à ces deux provinces. Parmi eux des émergents bon chic bon genre, dont un, très zélé, qui a pu bâtir une baraque estimée à près de 100 millions de F CFA. Pour 2004, le président de l’Assemblée nationale et des figures de proue de la province du Haut-Ogooué, dont Idriss Ngari, répondront de la manière dont les fonds alloués pour les festivités y ont été utilisés. Il en sera de même des pédégistes du Woleu-Ntem, en tête desquels Daniel Ona Ondo, l’actuel Premier ministre, en direction de qui des doigts se sont pointés quant à l’érection de villas aux abords du marché municipal de Mbgwema. Il sera aussi intéressant d’interroger le ministre de la Défense de l’époque, un certain Ali Bongo, sur des fonds alloués pour les corps militaires, et qui, à plusieurs reprises, ont pris d’autres directions; à tel point que des officiers supérieurs s’étaient rendus chez Omar Bongo pour réclamer leur dû, car sur les 450 millions de FCFA débloqués pour les forces de sécurité, ces dernières n’en avaient reçu que 50 millions. Omar Bongo a dû ressortir la somme manquante. On ne peut pas parler des fêtes tournantes sans interroger le patron du groupe BGFIBank. Tout comme était incontournable la pièce maîtresse du cabinet d’Omar Bongo Ondimba. Il ne s’agit pas ici, comme l’ont indiqué les membres du Front, de traquer quelques lampistes au détriment des gros poissons tapis au sein du PDG.

Tout ceci amène à comprendre une norme établie par les Bongo, de père en fils. De 1967 au 24 août 2014, ils ont donné une définition propre à eux du détournement des fonds publics. Il s’agit de toute distraction d’argent public qui n’ait pas obtenu le blanc-seing des Bongo. Voilà pourquoi l’opposition regroupée au sein du Front a parlé de «l’autorisation présidentielle de détourner (APD)». A l’époque de Bongo père, trois personnes avaient la possibilité de donner ce blanc-seing. Outre lui-même, il ressort que le puissant directeur de cabinet de l’époque et un certain ABO en avait la latitude. La formule consacrée par Omar Bongo était : «Accord très très très très total», au stylo rouge. Formule bien connue de toute la haute administration. Le destinataire (ministre, DG de société, TPG, DGB, Haut-commissaire à la Planification, etc.) comprenait que la porte était ouverte pour l’usage, à leur guise, des fonds publics. Mais bien entendu, il y avait la contrepartie des donneurs d’ordre. Ce système n’a pas disparu depuis que sa petite majesté glose sur les principes de bonne gouvernance pour les belles oreilles des Barack Obama, François Hollande, Angela Merkel et David Cameron. Pure balourdise.

C’est cette «autorisation présidentielle de détourner» dont s’est muni Maixent Accrombessi pour permettre à la société d’un autre ressortissant béninois, en collaboration avec des partenaires haïtiens, d’exercer un contrôle le sur tous les appels téléphoniques entrant au Gabon. Sur chaque appel entrant, cet homme perçoit un pourcentage qui lui revient directement. Bien entendu, Accrombessi n’a pas obtenu cette autorisation pour les beaux yeux de son compatriote. C’est un partenariat gagnant-gagnant. Le système part de Londres, où se trouve une bourse dont le but est de coopter les appels internationaux dans le monde. Une société appelée Global Voice Group, basée à Miami et détenue en majorité d’intérêts par des Espagnols, est partenaire en toute régularité, avec de nombreux Etats dans le monde dans le cadre de la gestion des appels téléphoniques. Ces derniers pour la zone Afrique-Caraïbes traitent avec une société haïtienne qui, elle, a un deal avec le limier d’Accrombessi. Ce qui se passe à une grande échelle, alors que le Gabon pouvait directement tisser ce partenariat avec Global Voice Group, comme de nombreux autres Etats. Un montage a été concocté par Accrombessi pour tirer la couverture de son côté, avec un de ses compatriotes. Au nom de l’APD. Et cela s’appelle du délit d’initié.

Par ce même canal, l’Agence nationale des infrastructures numériques et des fréquences (Aninf) a tissé une opération similaire en autorisant une société basée en Hollande, «Freenom.Com» , à gérer le domaine «.ga», qui est le point d’accès du Gabon sur internet. Alex Bongo Ondimba, frère de sa petite majesté, devra expliquer aux contribuables gabonais l’intérêt de ce qui apparaît comme un marché de dupes pour le Gabon, mais rentable pour une poignée de personnes. C’est encore là, ni plus ni moins que cette APD. Alors, qui pille l’Etat?

Platon, philosophe, élève de Socrate et maître d’Aristote, rapporte dans le récit du mythe d’Er que le sort d’un être humain est le fait de son choix de vie. Dans ce mythe, un hiérophante présente aux âmes tout type de «sort», allant des vies des plus glorieuses aux plus modestes, voire des plus insignifiantes. Aucune âme n’est poussée par la contrainte dans son choix. Celui-ci est libre. Il est cependant une indication que l’hiérophante signale aux âmes, que chaque sort a soit des contraintes, soit des obligations ou encore selon qu’il est modeste, aucune contrainte. Il recommande alors aux âmes beaucoup de patience et de prudence. Dans le lot des âmes, il est une qui fera le choix de la plus grande vie glorieuse marquée par une royauté sans égale en puissance. Elle se précipite sur ce sort, mais manque de pot, ce sort le vouait à l’infanticide ; à la pire des tyrannies, puis progressivement à la déchéance pour finir au suicide. Elle négociera avec les divinités en vain. Le sort était scellé. Elle maudira les divinités sans se maudire elle-même. Ce qu’elle aurait dû commencer à faire. Sa petite majesté devra méditer sur ce mythe, car il s’apercevra que sa croisade contre les criminels financiers se retournera contre lui-même, tel un serpent qui se mord la queue.

On peut «être président de la République» ou simplement jouer à «être président de la République». Dans le premier cas, on a pris la mesure de son sort et l’on prendra aussi la mesure de ses choix en les sous-pesant et en examinant rigoureusement chacun d’eux. Mais dans le cas où l’on joue à «être président de la République», l’intéressé n’aura vu que le côté clinquant du pouvoir et ses attributs, sans se rendre compte du sort lié à ce pouvoir et des conséquences de ses choix. C’est ce qui va arriver à sa petite majesté Ali Bongo Ondimba.

 

#Gabon-Embezzlement and Money laundering: United Opposition Front ready to reveal all

Declaration of the United Opposition Front (The Front)

Flyer_Front                                                                   (Free our country)

Fellow Gabonese,

One month ago, we announced the creation of the Opposition United Front (The FRONT) with the determination to do everything possible to achieve democratic change for the first time in the history of our country. Since that day, the FRONT, which is definitely a reality, is organized to materialize this ambition. We return to you today, not to comment on political topics, but for some important clarifications.

The 54th anniversary of our Independence should have been a time of great gathering and national unity. He could have allowed our leaders to courageously update the population about the progress made in recent years and to define the axes of a true National proud. There has unfortunately been nothing as such!

Gabonese expected, for example, to know:

- Why the government can not make a budget that makes sense for more than a year;

- Why the government does not take the situation of living conditions of the population into account and

- Why does it send our children to prison in Libreville, true school of crime, for asking to get their student scholarships paid?

- Why the government has not pay for student scholarships for a year?

- Why is the health sector paralyzed by strikes while the government pretended that everything was fine in a perfect world again?

- Why Ali Bongo, who discovered in 2014 that “his countrymen lived in bad conditions!”, and since then, started the fight against poverty, has suddenly avoided talking about his grand project of 25,000 housing he promised – but never realized – 5 years ago, but the figure is adjusted each year downward, from 5,000 to about 1000/1500 dwellings for year 2012?

- Why only Ali Bongo, his chief of staff and, perhaps, his spokesman, see these “plants” as loudly praised by Ali Bongo in the Special Economic Zone Nkok?

- Why any kind of economic activity can not be verified to date in that area, now that we are closed to his seven years term in power?

- Why only Ali Bongo, his chief of staff and, perhaps, his spokesman, are they the only ones not distinguishing roadworks started before he became head of state, that and he only continues as the highway of four lanes whose works still hang in the PK25 (near capital city Libreville)?

- What happens to the great “business contracts” Ali Bongo signed by thousands, during each of its global travel?

- How many projects stopped or abandoned, barely started! So many promises! So many lies!

Beside parades and fireworks, the only traces that remain of our “Independence Day”, we were treated with the same purring complacency, the same laurels yet overloaded on a braided head of flattery, and, of course, to the vain attempts to blame everything wrong in Gabon on the Opposition. Further proof that government called “Emergence” does not see the same Gabon people of Gabon are seeing!

On August 17, however, 3 major scandals that undermine the Republic and whose resolution, long demanded by the Opposition, meet some consensus in the country, have emerged.

The first of these scandals is related to judicial investigations and judgments of embezzlement of thousands of trillions (of CFA Francs) of which our country has been and remains a victim, despite the many organizations set up to mitigate the effects.

This gigantic predation (embezzlement) of financial resources from timber, manganese, uranium, but especially oil, has been and remains the main obstacle to the development of our country to the extent that, on the one hand, it seriously limits the means necessary to build land, port and airport infrastructures that would have accelerated takeoff and where it blocks, on the other hand, the implementation of a genuine policy of education and health that would have placed our country at the advanced positions of Nations.

Predation is not only the cause of “poverty in a rich country with natural resources” as recognized already by the World Bank in 1997, but it has also created a moral disintegration of state employees and generated a sense of impunity damaging any desire for national reconstruction.

When it comes to the management of the country in which Ali Bongo Ondimba has been involved for 30 years, the head of the so-called «Emergence» took total control of the public media, accusing the ex-members of PDG (ruling party) now in the opposition, of being responsible of all the liabilities of the past 50 years and portraying them in the media as people seeking revenge and the restoration of Omar Bongo type of regime.

Meanwhile, Ali Bongo, who had undertaken to dismantle pan after pan, assets left by the one he had yesterday presented like his father (Omar Bongo), is now as white as kaolin in the face of the Gabonese, unaccountable of any past problems or pitfalls, calling himself an innocent because of his supposed “young age” at the time.

We declare that from this day, we will take each case at every opportunity to remind the actions taken by each other during the long ruling power of (Omar and Ali) Bongo. We will work to clarify the gray areas and highlight the «liabilities» side, all «liabilities». We will hit back.

In deciding now to shed the light on the heinous crime of predation of public funds and property, Ali Bongo made a big step especially as he was reluctant to solve it, replying with a «pirouette» to those were worried. In particular, he said that he a victim of his father’s name, and that he was not involved in any way directly or indirectly (in embezzlement) to the extent that he also surprised reporters by referring during his interview on August 17 (Independence Day), “his home in Paris”, as he has always claimed not to have one there.

People of Gabon, meanwhile, were dismayed to learn and a Head of State, constitutionally guarantees the security of goods and people in a republic, not considered as his duty to recover by all legal means, the money and property belonging to Gabonese taxpayers and put spoilers to justice. We now need to see justice done!

But the case is so important that no Gabonese will accept that, instead of addressing the problem in all its magnitude, the head of state wants to use it as a political tactic, and ultimately will evade it.

Gabonese will not accept Ali arrests some, including few guys without a significant power in the government, to keep away those known to him and many Gabonese, who have and continue to take the country to the (bad) state it is; stigmatizing as always some «petty theft chicken» and «cans of sardines», to allow large « alligators» to continue mismanagement.

Diversions of facts about “revolving celebrations” (of Independence Day), important as they are, are only a very small part in the large folder of «ill-gotten gains» (misappropriated public assets), a large mafia machinations that put Gabon on its knees and whose ramifications are abroad in many countries. We believe that this process can not be managed solely by the Gabonese government. It will need to be extended to foreign jurisdictions, or internationally.

For the record, France, the United State and the United Kingdom, judicial investigations have been initiated, the police officers involved, books written on this extraordinary scandal. We can not stop here!

Fear that this case boils down to a simple political manipulation and a tool of blackmail, we reserve the option to contact, in time, relevant international bodies to assist Gabon and the Gabonese to recover their dues and hence their dignity. We also call on Gabonese magistrates to hold high the banner of judicial independence, to unite their efforts to save the country by defending only the interests that are worth: those of the people of Gabon.

Having been to some of us in the ruling circles of the state, we know that the controls implemented by Gabonese Ministry of Finance by so-called «Chargés d’études» of the Directorate General of the Budget, followed by those of Directorate General of Financial Control and again by those of the Directorate General of the Budget, and finally by those of the General Treasury of the State, that all these barriers in place to prevent fraudulent disbursements can be crossed only by a “Presidential Authority to Steal” (PAS)!

We are now feeling liberated from our duty of confidentiality, we are ready to testify under oath before the magistrates and disclose all the files that we have on the matter (embezzlement in Gabon).

We know that Ali Bongo, as well placed, if not better than us, will disclose other files, including his own. Indeed, who else better than he can explain with what money he could buy palaces in France, England and the United States, or build, as it does today, so many castles in Libreville? Who else can say how he could keep his position as a shareholder in the largest private companies in Gabon, including those responsible for Major Works, while remaining one of the main leaders of the state?

The second scandal, not the least, is the announcement by the Secretary General of the National Security Council, thus boss of Special Services (Secret police). The man used the Independence Day to sound the alarm that seems more, taking into account some of his conclusions, like a cry of distress. Army General Nguetsara, who were in charge of Immigration services for decades, is concerned, as he put it, with “the growth of the immigrant population in Gabon, which is much faster than the growth of the «indigenous» population and its number has exceeded 17% of the total population of Gabon, while the international average standards are between 5% and 7% “, and worse, that «the control of illegal immigration is practically insoluble in the current situation…», it is” currently impossible materially to ensure strict and effective monitoring of our land and sea borders because of their size and geographical configuration, and especially the lack of resources and staff… “! An admission of particularly serious failure in such a key sector for national sovereignty, as well as the security of people and property!

One might add, without wanting to darken the picture painted by the army General, that the whole coast of Gabon, all inlets, from Cocobeach to Mayumba, are controlled by non-domestic fishermen. Just as the small and medium business, three-quarters of the Gabonese economy is in the hands of non-Gabonese operators.

We could also specify, after a great public servant in charge of «Competition and Consumer Affairs», said the same, that the “laissez-faire, laissez-passer” (sort of free for all) of Gabonese officials allowed the foreign importers, wholesalers’ and retailers to gain control of almost all of the Gabonese market. “

This control has fostered siphoning the smaller wage increases by excessive increases in prices because of exorbitant profit margins. This caused a drying up of financial circuits of the government, any surplus being systematically repatriated to their countries of origin without Ali Bongo Ondimba saying anything.

But other consequences have not been described by the army General. Besides money laundering, this system has helped all kinds of illicit trafficking (drugs, counterfeit money, issuing false documents used by foreigners for voting, neutralizing judicial circles by criminal lobbies maligned by European operators robbed). Special (secret) Services have also noted dormant cells of Hezbollah, a significant penetration of Boko Haram, meanwhile, tomorrow, the use of Gabon as backup zone by disturbance elements of some countries in the sub-region!

Our country is in danger!

What the army General did not say, is how it all began! To the extent that this sector (of Immigration) was exclusively managed for 50 years by the Presidency of the Republic. Who else has promoted so heavily that uncontrolled immigration that now threatens the sociological and demographic balances of Gabon?

It is now for Justice to rule on the case of (public) officers who have thus sold off or stolen from their country.

The third scandal, finally, concerns the violent attacks made by Ali Bongo against Jean Ping on August 17. These attacks, coming after those of the President’s press secretary, the Secretary General of PDG (ruling party) and of the Prime Minister, need a clarification on behalf of the FRONT.

There is nothing wrong with a country that calls itself democratic, the people in power work with a diligent and critical opposition control. That opposition mirrors the complaints of people, and works toward alternation of power. The «Emergent in Chief» (Ali Bono), brain fogged by monarchists hints, visibly struggling to get used to democracy since 2009. We could say: “Too bad! He will do! “

But since 1970, assassination of opponents and ritual crimes have the same origin in Gabon: politics. And as Ali Bongo recognizes himself in the interview of August 17, he is not a newcomer to politics. One can even say that he has been playing a very active role for the last 30 years.

Thank you.

JP-Rougou_23Aout2014                                                             Jean-Pierre Rougou, member of the Front.
Libreville, August 23, 2014.

THE FRONT

Translated from french by Citoyen Libre Gabon

#Gabon-Crimes économiques et financiers: Déclaration du Front uni de l’opposition

Déclaration du Front uni de l’opposition

Flyer_Front

 

Gabonaises, Gabonais, Chers compatriotes

Il y a un mois, nous vous annoncions la création du FRONT et notre détermination à tout mettre en œuvre pour réaliser, pour la première fois dans notre pays, l’alternance démocratique. Depuis ce jour, le FRONT, devenu une réalité, s’organise pour matérialiser cette ambition. Nous revenons vers vous aujourd’hui pour, non pas commenter l’actualité politique, mais pour quelques mises au point.

Le 54ème anniversaire de notre Indépendance aurait dû être un moment de grand rassemblement et d’unité nationale. Il aurait pu permettre à nos dirigeants de faire courageusement le point sur le chemin parcouru au cours de ces dernières années pour définir les axes d’un véritable sursaut National. Il n’en a malheureusement rien été!

Les Gabonais attendaient, par exemple, de savoir :

- Pourquoi l’Etat n’arrive pas à confectionner un Budget qui tienne la route pendant un an ;

- Pourquoi l’Etat ne prend pas en compte la situation des conditions de vie des apprenants et

- Pourquoi envoie-t-il nos enfants à la prison de Libreville, véritable école du crime, pour avoir réclamé leurs bourses ?

- Pourquoi l’Etat n’arrive pas à payer les bourses d’étudiants pendant un an ?

- Pourquoi le secteur de la santé est de nouveau bloqué par des grèves alors que l’Etat prétendait que tout y allait pour le mieux dans le meilleur des mondes ?

- Pourquoi Ali Bongo qui a découvert, en 2014, que « ses compatriotes vivaient mal ! » et qui, depuis lors, lutte contre la pauvreté, a-t-il soudainement évité de parler de son grand projet des 25000 logements promis – mais jamais réalisés – il y a 5 ans mais dont le chiffre ,revu chaque année à la baisse, est passé à 5000 pour tomber à 1000/1500 habitations pour 2012 ?

- Pourquoi seuls Ali Bongo, son directeur de cabinet et, peut-être, son porte-parole, voient ces « usines de transformation» que vante bruyamment Ali Bongo dans la Zone Economique Spéciale de Nkok ?

- Pourquoi aucune espèce d’activité économique ne caractérise à ce jour cette Zone, le bide du septennat ?

- Pourquoi seuls Ali Bongo, son directeur de cabinet et, peut-être, son porte-parole, sont-ils les seuls à ne pas distinguer les chantiers routiers commencés avant lui et qu’il n’a fait que poursuivre comme cette autoroute à quatre voies dont les travaux traînent encore au PK25 ?

- Que deviennent les grands « contrats d’entreprises » qu’Ali Bongo signe par milliers, à chacun de ses voyages planétaires ?

- Que de chantiers arrêtés à peine commencés ! Que de promesses ! Que de mensonges !

Par de là les défilés et les feux d’artifice, seules traces qui restent de notre « Fête de l’indépendance », nous n’avons eu droit qu’aux mêmes ronronnements d’autosatisfaction, aux mêmes lauriers tressés sur une tête pourtant surchargée de flagorneries, et , bien entendu, aux vaines tentatives de faire porter à l’Opposition la responsabilité de tout ce qui ne va pas au Gabon. Preuve supplémentaire que le Pouvoir dit « Emergent » ne voit pas le même Gabon que les Gabonais!

Le 17 Août a cependant vu effleurer 3 des principaux scandales qui minent la République et dont la résolution, longtemps réclamée par l’Opposition, rencontrerait un consensus certain dans le pays.

Le premier de ces scandales a trait à l’instruction judiciaire et aux jugements de détournements des milliers de milliers de milliards dont notre pays a été et reste victime malgré les multiples organismes créés pour en atténuer les effets.

Cette prédation gigantesque des rentes tirées du bois, du manganèse, de l’uranium, mais surtout du pétrole, a été et reste le principal obstacle au développement de notre pays dans la mesure où, d’une part, elle limite considérablement les moyens nécessaires pour édifier les infrastructures terrestres, portuaires et aéroportuaires qui auraient accéléré son décollage, et où elle bloque, d’autre part, la mise en œuvre d’une véritable politique de l’éducation et de la santé qui auraient placé notre pays aux avant-postes des Nations.

Cette prédation n’est pas seulement la cause de « la pauvreté dans un pays de rente » visée par la Banque Mondiale, dès 1997, mais elle a également créé un délitement moral des agents de l’Etat et généré un sentiment d’impunité dommageable à toute volonté de reconstruction nationale.

Sur la gestion de ce pays dans laquelle Ali Bongo Ondimba est impliqué depuis 30 ans, le chef des Emergents a profité de contrôle total des médias publics pour nous faire porter tout le passif de ces 50 dernières années et nous faire passer dans l’opinion pour des revanchards en quête de restauration du régime Omar Bongo.

Dans le même temps, Ali Bongo, qui avait entrepris de démanteler, pan après pan, les moindres actifs de celui qu’il présentait hier encore comme son père, se voulait désormais blanc comme du kaolin à la face des Gabonais, non comptable du moindre passif et innocent du fait de son supposé « jeune âge ».

Nous déclarons qu’à partir de ce jour, nous profiterons de chaque dossier, à chaque occasion, pour rappeler les actes posés par les uns et les autres au cours de la longue durée du pouvoir Bongo. Nous travaillerons à élucider les zones d’ombre et à mettre en exergue le passif, tout le passif. Nous rendrons coup pour coup.

En décidant de faire maintenant toute la lumière sur le crime odieux de la prédation des deniers et biens publics, Ali Bongo a fait un pas d’autant plus grand qu’il répugnait jusqu’ici à le résoudre, répondant par une pirouette à ceux qui s’en inquiétaient. Il estimait notamment qu’il y avait « délit de patronyme » et qu’il n’en était en rien concerné de près ou de loin au point qu’il a étonné les journalistes en faisant référence, lors de son interview du 17 août, à « son chez lui à Paris » alors qu’il a toujours prétendu ne pas en avoir.

Les Gabonais, quant à eux, étaient consternés d’apprendre ainsi qu’un Chef d’Etat, constitutionnellement garant de la sécurité des biens et des personnes dans une République, n’estimait pas de son devoir de récupérer par tous les moyens légaux des deniers et des biens appartenant aux contribuables Gabonais et de juger leurs spoliateurs. Il faut désormais que justice soit faite !

Mais, l’affaire est si importante qu’aucun Gabonais n’acceptera que, au lieu d’aborder le problème dans toute son ampleur, le Chef de l’Etat en fasse une opération politicienne et, finalement, l’escamote.

Les Gabonais n’accepteront pas qu’Ali accable certains, dont quelques lampistes sans envergure, pour garder à l’abri ceux, connus de lui et de nombre de Gabonais, qui ont mis et continuent de mettre le pays dans l’état où il est, qu’on stigmatise comme toujours quelques petits larcins de poulets et de boîtes de sardines pour permettre aux gros caïmans de continuer la gabegie.

Les détournements faits autour des « fêtes tournantes », pour importants qu’ils ont été, ne sont qu’un volet très limité dans le grand Dossier des Biens Mal Acquis, une vaste machination mafieuse qui a mis le Gabon à genoux et dont les ramifications se trouvent à l’étranger, dans de nombreux pays. Nous pensons que ce procès ne peut être géré par le seul Etat Gabonais. Il devra s’étendre à des juridictions étrangères, voire, internationales.

Pour mémoire, en France, aux États-unis et au Royaume Uni, des instructions judiciaires ont été initiées, des policiers mis à contribution, des livres écrits sur ce scandale hors du commun. On ne peut plus en rester là !

De peur que cette affaire ne se résume à une simple manipulation politicienne et à un outil de chantage, nous nous réservons la possibilité de saisir à temps les organismes internationaux compétents en vue d’aider le Gabon et les Gabonais à recouvrer leur dû et, partant, leur dignité. Nous appelons aussi les magistrats gabonais à tenir haut le drapeau de l’indépendance judiciaire, à unir leurs efforts, pour sauver le pays en défendant les seuls intérêts qui vaillent : ceux du peuple Gabonais.

Pour avoir été, pour certains d’entre nous, dans les cercles dirigeants de l’Etat, nous savons que les contrôles mis en œuvre au Ministère gabonais des Finances par les chargés d’études de la Direction Générale du Budget, puis par ceux de la Direction Générale du Contrôle Financier puis, de nouveau, par ceux de la Direction Générale du Budget et, enfin, par ceux de la Trésorerie Générale de l’Etat, que toutes ces barrières, mises en place pour empêcher les décaissements frauduleux, ne peuvent être franchies que sur une « Autorisation Présidentielle de Détourner » (APD) !

Nous sentant désormais libérés de notre devoir de réserve, nous sommes prêts à témoigner sous serment devant les magistrats et à sortir tous les dossiers que nous avons sur la question.

Nous savons qu’Ali Bongo, aussi bien placé, sinon mieux, que nous, en sortira d’autres, notamment les siens. En effet, qui d’autre mieux que lui peut expliquer avec quel argent il a pu acheter des palais en France, en Angleterre et aux Etats Unis, ou construire, comme il le fait aujourd’hui, autant de châteaux à Libreville ? Qui d’autre que lui peut dire comment il a pu conserver son poste d’actionnaire dans les plus grandes sociétés privées du Gabon, y compris celles chargées des Grands Travaux, tout en restant un des principaux dirigeants de l’Etat ?

Le deuxième scandale, et non des moindres, est l’annonce faite par le Secrétaire Général du Conseil National de Sécurité, donc patron des Services Spéciaux. Ce dernier a profité de l’Anniversaire de l’Indépendance pour tirer la sonnette d’alarme qui, à certaines conclusions, parait un cri de détresse.

Le Général Nguetsara, en charge de l’Immigration pendant des dizaines d’années, s‘inquiète de ce que, a-t-il dit : « la croissance de la population Immigrée au Gabon se développe plus rapidement que celle de la population autochtone, et que son nombre a dépassé le taux de 17% de la population nationale, alors que les normes moyennes internationales se trouvent entre 5% et 7% » et, pire, que « le contrôle de l’Immigration clandestine est pratiquement insoluble en l’état actuel… », qu’il est « actuellement impossible, matériellement, d’assurer une surveillance stricte et efficace de nos frontières maritimes et terrestres en raison de leur étendue et de leur configuration géographique, et surtout du manque de moyens et de personnels… » ! Un aveu d’échec particulièrement grave dans un secteur aussi névralgique pour la Souveraineté Nationale, la sécurité des personnes et des biens !

On pourrait ajouter, sans vouloir noircir le tableau décrit par le Général, que toute la côte gabonaise, tous les bras de mer, de Cocobeach à Mayumba, sont contrôlées par des pêcheurs non-nationaux. Tout comme le petit et moyen commerce, les trois quarts de l’économie gabonaise sont aux mains d’opérateurs non-gabonais.

On pourrait aussi préciser, à la suite d’un grand commis de l’Etat chargé de la concurrence et de la consommation, que le « laisser-faire, laissez-passer » des dirigeants gabonais a permis aux importateurs, grossistes » et détaillants étrangers de s’assurer le contrôle de la quasi-totalité du marché gabonais » .

Ce contrôle a favorisé le siphonage des moindres augmentations salariales par des hausses des prix excessives du fait des marges bénéficiaires exorbitantes. Cela a provoqué un assèchement des circuits financiers de l’Etat, tous les surplus étant systématiquement rapatriés dans des pays d’origine sans qu’Ali Bongo Ondimba n’y trouve à redire.

Mais, d’autres conséquences n’ont pas été décrites par le Général. Outre le blanchiment d’argent, ce système a favorisé toutes sortes de trafics illicites (drogue, fausse monnaie, délivrance de faux papiers pour le vote des étrangers, neutralisation des milieux judicaires par des lobbies mafieux tant décriés par des opérateurs européens spoliés). Les Services Spéciaux ont relevé par ailleurs des cellules dormantes du Hezbollah, une pénétration notable de la secte Boko Haram, en attendant, demain, l’utilisation du Gabon comme zone de repli par des éléments troubles de certains pays de la sous-région !

Notre pays est en danger !

Ce que ne dit pas le Général, c’est comment tout cela a commencé ! Dans la mesure où ce secteur a été exclusivement géré, depuis 50 ans, par la Présidence de la République. Qui d’autre a favorisé aussi massivement cette immigration incontrôlée qui menace les équilibres sociologiques et démographiques du Gabon ?

Il n’y a désormais que la Justice pour statuer sur le cas des dirigeants qui ont ainsi bradé leur pays.

Le troisième scandale, enfin, concerne les violentes attaques proférées par Ali Bongo contre Jean Ping le 17 août dernier. Ces agressions, venant après celles du Porte -parole de la Présidence, du Secrétaire Général du PDG et du Premier ministre, appelle de la part du FRONT une mise au point.

Il n y a rien d’anormal dans un pays qui se veut démocratique que le Pouvoir travaille sous le contrôle diligent et critique d’une Opposition. Celle-ci traduit les récriminations des populations, et œuvre à l’alternance. L’Emergent en chef, le cerveau embrumé par des relents monarchistes, a visiblement du mal à s’y faire depuis 2009. On pourrait dire : « tant pis ! Il s’y fera! »

Mais, depuis 1970, les assassinats d’opposants et les crimes rituels ont une même origine au Gabon : la politique. Et comme Ali Bongo le reconnaît lui-même dans l’interview du 17 août, il n’est pas un nouveau venu dans la politique. On peut même dire qu’il y joue un rôle très actif depuis 30 ans.

Nous vous remercions.

Fait à Libreville, le 23 août 2014.

LE FRONT

#Gabon: Open letter to His Excellency Eric Benjaminson, Ambassador of USA to Gabon

Image

Open Letter to His Excellency

Eric Benjaminson,

Ambassador

Head of the diplomatic mission of the United States to Gabon

Mr. Ambassador,

We are writing this letter to express our astonishment and concern regarding your actions, your doctrine and your fixism since you have been accredited as head of the diplomatic mission of the United States of America in our country. Since your appointment as the head of that diplomatic mission, in fact, not only have you never displayed an open mind when listening to opinions different from those favorable to the regime in power but, in addition, on the contrary, as months have passed, you have moved away from measure, circumspection, weighting, and the distance one would expect from a diplomat. You must know first, Mr. Ambassador, that we would have rather preferred to avoid the temptation to write this letter to you which would not have been possible just a few months ago. But in the space of a few weeks, you have intentionally crossed the acceptable red line. Your incomprehensible actions are what prompted us to decide to send this open letter to you. Maybe, a feeling of omnipotence has pushed you to believe that you could do anything, say anything and there will never be a Gabonese to answer you, anyway. Let us tell you, Mr. Ambassador, that you are mistaken. This time, we must meddle in what concerns us, even at the price of a call by the Gabonese military police. Whatever the consequences on our freedom, physical integrity and on our miserable lives! In any case, it would not have been acceptable for our humanity to let these indignities sit, these humiliations which make us indignant, not to speak of the consequences they will induce inevitably and permanently on our future.

Mr. Ambassador,

On December 28, 2012, in an interview with the online news site “Gabonreview,” you saw seen fit to justify the dissolution of the Union Nationale party and advise its leaders to create another political party. You have a curious conception, Mr. Ambassador, of the rule of law, of freedom and political competition! This is amazing! Do you know that the provisions of the Gabonese Constitution do suggest in any way the dissolution of a political party? Do you know for example that in the general principles of law, unless a group aims in its Constitution and explicitly calls for murder or hatred of others, there is no dissolution of political parties in a democracy? Do you know, Mr. Ambassador, you who call for the leaders of the Union Nationale to change their name – that your friend Ali Bongo took with an astonishing diligence an order with the sole purpose of preventing the leaders of the Union Nationale to found another political party?

How to understand this attitude from the representative of a country where the “Ku Klux Klan” exists since 1865 without- freedom oblige – ever being any question of dissolving it? As appalling as is its sole purpose, which is summarized in the destruction of ethnic minorities, as horrifying as are its calls to assassinate the U.S. President himself, that organization continues to exist in the country you come from, on grounds of the sacred principles of freedom of association and expression. How can you justify and support the dissolution of a political party which incidentally has never been violent, nor advocated violence, or even have as its goals violence as an instrument of access to power? How a citizen and representative at such a high level of a State which in its declaration of independence says: ” We hold these truths to be self-evident, that all men are created equal, that they are endowed by their Creator with certain unalienable Rights, that among these are Life, Liberty and the pursuit of Happiness. ” could accommodate such situations? How a representative of a country which is so convinced that it embodies a profoundly universal destiny, a country that proclaims the cause of humanity to be its cause, which says that its land is an asylum to all persecuted for freedom, can remain so blithely indifferent to the dissolution of the largest opposition party in a country where they are accredited? How the representative of a country that wages wars in the name of defending democracy, freedom and human rights in the world can be so against non-violent unarmed citizens who just claim their legitimate rights to live in a democracy, the rule of law and to seek their own happiness?

Mr. Ambassador,

Obviously, the only thing you propose to the Gabonese opposition is the injunction to turn the other cheek to be slapped even stronger, by the regime in power. You suggest to them to stop thinking and stop disrupting the sumptuous life of a nabob that your best friend Ali Bongo leads to the chagrin of our people.

Does this regimentation and allegiance of the opposition toward the regime, that you want at all cost correspond to the idea you have of democracy? Are these the teachings you have received during your training in History of Institutions and Political Ideology at the University of Oregon? Does this correspond to your faith as a man of God, committed to the truth?

Mr. Ambassador,

Your distressing statements about the fact that Gabon is a democracy where human rights are fully respected are an insult to the intelligence or at least the common sense of the people of Gabon. And even France which is known by all to appoint our Heads of State here in Gabon and guarantee their longevity in power and their drifts, their ambassador in our country, does not show such an ostensible bias in favor of the dictatorship under which we suffer here in Gabon.

Could it be accepted accept in the United States that any public event that the Republican Party would want to organize, be subjected to the discretion of an official of the Obama administration and, more importantly, who is a zealous partisan of the Democratic Party? Could it be accepted in the United States that President Obama appoints as Chief Justice of the Federal Supreme Court – which is equivalent to our Constitutional Court, a member of his family who would then judge elections in which President Obama and his party would be candidates? It is not necessary for you to answer these rhetorical questions. We know that your answers will be negative. Well, imagine, Your Excellency, that we either do not support this! We are also beings of flesh and blood. What your fellow Americans take for intolerable is the same also for us! The indignation and nausea that such situations would cause in your country are equal to our indignation and nausea! That we too would like to experience the excitement and pride to finally have a President who was elected by a majority of Gabonese people! We also would like to have the opportunity to hold our leaders accountable and punish them electorally if necessary.

As if that was not enough – and this is the one trampling too many – you have seen fit to cancel without further ado the trip of Me Oyane Ondo who was to participate in a program of the State Department of your country in the category of “Women political leader!”

You allege, Mr. Ambassador, to justify the cancellation of this trip, which Me Oyane Ondo never sought, the excessive politicization of that event by the Press. Politicization of the information in the press you say? Really? The United States of America would direct their diplomacy at the whims of information and interpretations of the local Gabonese press? We are surprised to learn that America – the leading power in diplomacy, military and largest democracy – is so fragile!

A country whose diplomacy flickers and varies according to comments made in the Gabonese Press! Can you tell us exactly what it is? The truth liberates, it soothes, it assembles. And we can handle the truth!

Anyway, Mr. Ambassador, your attempt using unconvincing argument to explain the reasons for the cancellation of this trip is also an insult to the intelligence of Gabonese people, we are not simpletons! Why fabric inaccuracies, which we dare not call lies?

To our knowledge, Me Oyane Ondo is not running an NGO that cares for AIDS orphans. Nor does she direct the Women’s Cooperative producers of cassava from Agnisock (whom we respect and value by the way). But she is the founder of an NGO whose purpose is precisely to defend human rights and promote democracy! What can there be more political than such a mission as it is precisely the public power that violates essentially human rights in Gabon and that it is still the regime which denies the people democracy? Excellence, if not politics, what would have Me Oyane Ondo talk about during this trip?

Excellency, Mr. Ambassador,

We love America. We like some of its history of struggle to defeat the British colonization. We have infinite admiration for the great men and women who have made history: Thomas Jefferson, George Washington, Abraham Lincoln, Franklin Delano Roosevelt, Martin Luther King, Rosa Parks, etc… We are impressed by the willingness of America to preserve and defend freedom at all costs, even in the most painful circumstances! We adore, like many young Africans, its culture that inspires us so much. We are fascinated by its creative genius and innovation. We are most excited about the incredible vitality of its great democracy and its balanced political system with has evolved through centuries without many wrinkles. Alas, that your attitude is contrary to the ideals proclaimed by America, dismays us! For by acting as you do since your arrival in Gabon, you block the hopes of democracy for the Gabonese people; you stifle the desire for freedom the Gabonese have to write their history and the right to choose their destiny, you trample our human rights, you cultivate frustration, you want to encourage us – against our will – to hate America and display toward her a hatred that is not registered, as in some parts of the world, in our depths.

Your Excellency, you have taken too much water, your liabilities are starting to become a problem for you to continue to officiate here in Gabon, with credibility and relevance! You should know “leave things before they leave you,” says a popular wisdom. It is true that your legitimacy comes from those who have appointed you. But objectively and in good faith, what role would you continue to play in our country only if your only contacts are your friends from the presidential palace?

What remains for your effectiveness if other politicians and members of the civil society no longer give you the minimum esteem and confidence necessary for the mission which is yours?

You soil voluntarily, Mr. Ambassador, the image and discourse of America in Gabon. Therefore, we call on President Obama to proceed with your replacement. And hope following your departure, to host an ambassador who will not cause his country to shrink, who will not forget America’s mission in the world and the dream she arises in our countries including in the most remote areas.

We imagine obviously the sarcasm that this claim will elicit in you. But let us say that each week we will send a letter to the White House and the State Department about it until such time you are definitively relieved of your duties in Gabon. For your contempt for the Gabonese people who have the bad luck and bad idea to contradict your friends in Power in Gabon, is too obvious and unbearable!

Thereafter, nothing will prevent you from coming back, as a private citizen, in our country as you seem to appreciate the hospitality.

Thanking you in advance for the urgent and positive response that you will give this sincere and frank invitation to leave Gabon on your own, we beseech you, Excellency Mr. Ambassador, to kindly accept the assurance of our consideration.

For the committee, Desiré ENAME,

Journalist, defender of Human Rights

ramses.frank@gmail.com

(Journal Echos du Nord)

 

#Gabon: Lettre ouverte à SE Eric Benjaminson, Ambassadeur des USA au Gabon

Lettre ouverte à Son Excellence

Monsieur Eric BENJAMINSON,

Ambassadeur,

Chef de la mission diplomatique des Etats-Unis au Gabon

Monsieur l’Ambassadeur,

Nous vous écrivons cette lettre pour exprimer notre étonnement et notre préoccupation à l’égard de vos actes, votre doctrine et votre fixisme depuis que vous êtes accrédité comme Chef de la mission diplomatique des Etats-Unis d’Amérique dans notre pays. Depuis votre arrivée à la tête de cette mission diplomatique, en effet, non seulement vous ne vous êtes jamais illustré par une grande ouverture d’esprit en écoutant des opinions différentes de celles favorables au Pouvoir mais, en plus, et au contraire, vous vous êtes au fil des mois, éloigné de la mesure, de la circonspection, de la pondération, des convenances et la distance qu’on est en droit d’attendre d’un diplomate. Sachez tout d’abord, Monsieur l’ambassadeur, que nous aurions préféré échapper à la tentation de vous écrire cette lettre qui n’eût pas été possible il y a encore quelques mois. Mais en l’espace de seulement quelques semaines, vous avez délibérément franchi la ligne rouge du tolérable. Ce sont vos agissements incompréhensibles qui nous ont décidés à vous adresser cette lettre ouverte. Sans doute, un sentiment de toute-puissance vous a-t-il poussé à croire que vous pouvez tout faire, que vous pouvez tout dire et qu’il n’y aura jamais de toute façon un Gabonais pour vous répondre. Permettez-nous de vous dire Monsieur l’ambassadeur que vous vous êtes trompé. Cette fois, il faut bien qu’on se mêle de ce qui nous regarde fût-ce au prix d’une convocation par la police militaire du Gabon. Qu’importe les conséquences sur notre liberté, notre intégrité physique et nos misérables vies! En tout cas, il n’eut pas été acceptable pour notre humanité de laisser passer ces deux affronts, de telles humiliations qui nous indignent et nous insupportent sans compter les conséquences qu’ils induiront inévitablement et durablement sur notre avenir.

Monsieur l’Ambassadeur,

Le 28 décembre 2012, dans une interview accordée au site d’informations en ligne ” Gabonreview “, vous aviez cru bon de justifier la dissolution de l’Union nationale et de conseiller à ses leaders de créer un autre parti politique. Vous avez une curieuse conception Monsieur l’ambassadeur de l’Etat de droit, de la liberté et du combat politique! C’est très étonnant ! Savez-vous que les dispositions de la Constitution gabonaise n’évoquent en aucune manière la dissolution d’un parti politique ? Savez-vous par exemple que dans les principes généraux du droit, sauf hypothèse où un groupement a pour objet dans sa constitution et mentionne explicitement l’appel au meurtre ou à la haine de l’autre, on ne dissout pas les partis politiques dans une démocratie ? Savez-vous, Monsieur l’ambassadeur -vous qui appelez les dirigeants de l’Union nationale à changer de nom -, que votre ami Ali Bongo a pris avec une diligence étonnante une ordonnance avec pour unique objet d’empêcher les leaders de l’Union nationale de fonder un autre parti politique?

Comment comprendre cette attitude venant du représentant d’un pays où le ” Ku Klux Klan ” existe depuis 1865 sans que -liberté oblige – il n’ait jamais été question de le dissoudre ? Aussi détestable que soit son seul objet, qui se résume en la destruction des minorités ethniques, aussi horrifiants que soient ses appels à assassiner le président américain lui-même, cette organisation continue d’exister dans le pays d’où vous venez, au nom des principes sacrés de liberté d’association et d’opinion. Comment pouvez-vous justifier et soutenir la dissolution d’un parti politique qui au demeurant n’a jamais posé ni d’acte de violence, ni prôné la violence, ni même avoir dans ses buts et ses statuts la violence comme instrument d’accès au pouvoir ? Comment le ressortissant et représentant à un niveau si élevé d’un Etat qui met dans le Préambule de sa constitution que: ” Nous tenons pour évidentes par elles-mêmes les vérités suivantes: tous les hommes sont créés égaux; ils sont dotés par le Créateur de certains droits inaliénables; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur ” peut-il s’accommoder de telles situations ? Comment le représentant d’un pays qui est tellement convaincu qu’il incarne un destin profondément universel, un pays qui proclame que la cause de l’humanité est sa cause qui dit que sa terre est l’asile de tous les persécutés de la liberté peut-il si allègrement rester insensible à la dissolution du plus grand parti de l’opposition dans un pays où il est accrédité? Comment le représentant d’un pays qui fait des guerres au nom de la défense de la démocratie, de la liberté et des droits humains dans le Monde peut-il être à ce point contre des citoyens non-violents et sans armes qui justement revendiquent leurs droits légitimes à vivre dans une démocratie, dans un Etat de droit et de rechercher leur propre bonheur?

Monsieur l’ambassadeur, manifestement, la seule chose que vous proposez à l’opposition gabonaise, c’est l’injonction de tendre l’autre joue au Pouvoir pour se faire gifler encore plus fort. Vous lui suggérez d’arrêter de penser et de cesser de perturber la vie somptuaire et de nabab que mène votre meilleur ami Ali Bongo au grand dam de notre Peuple.

Cet embrigadement et cette allégeance de l’opposition au Pouvoir que vous souhaitez tous azimuts correspondent-ils à l’idée que vous vous faites de la démocratie ? Sont-ce là les enseignements que vous avez reçus dans le cadre de votre formation en Histoire des Institutions et de l’Idéologie politique à l’Université de l’Oregon ? Cela correspond-il à votre foi d’Homme de Dieu, attaché à la vérité ?

Monsieur l’ambassadeur,

Vos navrantes déclarations sur le fait que le Gabon est une démocratie où les droits de l’Homme sont parfaitement respectés sont une insulte à l’intelligence ou au moins, au bon sens du Peuple gabonais. Et même la France qui de notoriété publique nomme nos chefs d’Etat ici au Gabon et se porte garante de leur longévité au pouvoir et de leurs dérives, son ambassadeur en poste dans notre pays, s’interdit de manifester un tel parti pris ostensible en faveur de la dictature sous le joug de laquelle nous ployons ici au Gabon.

Peut-on accepter aux Etats-Unis que la moindre manifestation publique que souhaiterait organiser le Parti Républicain soit soumise à l’appréciation discrétionnaire d’un fonctionnaire de l’administration Obama et, qui plus est, partisan zélé du Parti Démocrate ? Peut-on accepter aux Etats-Unis que le Président Obama désigne comme Président de la Cour Suprême fédérale – qui équivaut à notre Cour constitutionnelle-, un membre de sa famille qui serait ensuite juge des élections auxquelles le Président Obama et son parti se présentent ? Inutile que vous répondiez à ces questions purement rhétoriques. Nous savons que vos réponses seront négatives. Et bien, figurez-vous, Excellence, que nous non plus ne supportons pas cette situation ! Nous aussi sommes des êtres de chair et de sang. Ce que vos concitoyens Américains tiennent pour intolérable l’est aussi pour nous ! Que l’indignation et la nausée que de telles situations provoqueraient dans votre pays soient égales à notre indignation et notre nausée ! Que nous aussi nous aimerions éprouver l’émotion et la fierté d’avoir enfin un Président qui a été choisi par une majorité de Gabonais ! Que nous aussi nous aimerions avoir la possibilité de demander des comptes à nos dirigeants et de les sanctionner électoralement si besoin est.

Comme si cela ne suffisait – et c’est le piétinement de trop – vous avez cru bon d’annuler sans autre forme de procès le voyage de Me Oyane Ondo qui devait participer à un programme du Département d’Etat de votre pays dans la catégorie: ” Femmes leader politique ” !

Vous alléguez, Monsieur l’ambassadeur, pour justifier de l’annulation de ce séjour, ce que Me Oyane Ondo n’avait par ailleurs pas sollicité, une politisation excessive de la Presse de cet événement. Politisation de l’information par la presse dites-vous ? Vraiment ? Les Etats-Unis d’Amérique conduiraient-ils leur diplomatie au gré des informations et des interprétations de la Presse locale du Gabon ? Nous sommes étonnés de savoir l’Amérique – première puissance diplomatique, militaire et plus grande démocratie – soit si fragile !

Un pays dont la diplomatie vacille et varie au gré des commentaires faits dans la Presse gabonaise ! Pouvez-vous nous dire exactement ce qu’il en est ? La vérité libère, elle apaise, elle rassemble. Et nous sommes capables de supporter la vérité !

Quoi qu’il en soit Monsieur l’ambassadeur, votre tentative d’argumentation peu convaincante pour expliquer les raisons de l’annulation de ce séjour est aussi une insulte à l’intelligence des Gabonais ; nous ne sommes pas à ce point des simplets ! Pourquoi ce tissu d’inexactitudes, pour ne pas dire de mensonges ?

À notre connaissance, Me Oyane Ondo ne dirige pas une ONG qui s’occupe des orphelins du Sida. Elle ne dirige pas non plus la Coopérative des femmes productrices du manioc d’Agnisock (que nous respectons et apprécions par ailleurs). Mais elle est bien fondatrice d’une ONG dont l’objet est précisément de défendre les droits de l’Homme et de promouvoir la démocratie ! Que peut-il y avoir de plus politique qu’une telle mission dans la mesure où c’est précisément la puissance publique qui viole l’essentiel des droits de l’Homme au Gabon et que c’est encore elle qui s’illustre dans le refus de la démocratie ? Excellence, si ce n’est de politique, de quoi Me Oyane Ondo aurait-elle bien pu parler au cours de ce périple ?

Excellence Monsieur l’ambassadeur,

Nous aimons l’Amérique. Nous aimons une partie de son histoire dans son combat pour se défaire de la colonisation anglaise. Nous avons une admiration infinie pour les grands hommes qui ont fait son histoire : Thomas Jefferson, Georges Washington, Abraham Lincoln, Franklin Delano Roosevelt, Martin Luther King, Rosa Parks, etc. Nous sommes impressionnés par la volonté de l’Amérique à préserver et à défendre à tout prix la liberté, même dans les épreuves les plus douloureuses ! Nous adorons, à l’instar de beaucoup de jeunes africains, sa culture qui nous inspire tant. Nous sommes fascinés par son génie créateur et sa capacité d’innovation. Nous nous enthousiasmons pour l’incroyable vitalité de sa grande démocratie et son système politique équilibré ayant traversé des siècles sans prendre une ride. Hélas !, que votre attitude soit contraire aux grands idéaux proclamés par cette Amérique-là nous consterne ! Car en agissant comme vous le faites depuis votre arrivée au Gabon, vous obstruez les espoirs de démocratie du Peuple gabonais ; vous étouffez la volonté de liberté des Gabonais à écrire leur histoire et le droit de choisir leur destin ; vous piétinez nos droits humains ; vous cultivez la frustration ; vous voulez nous inciter – à notre corps défendant – à détester l’Amérique et à lui vouer une haine qui n’est pas inscrite, comme dans certaines parties du monde, dans nos tréfonds.

Excellence, vous avez pris trop d’eau, votre passif commence à devenir un problème pour que vous continuiez à officier ici au Gabon avec crédibilité et pertinence ! Il faut savoir ” quitter les choses avant qu’elles ne vous quittent “, dit une sagesse populaire. Certes votre légitimité vient de ceux qui vous ont nommé. Mais objectivement et en toute bonne foi, quel rôle pourriez-vous continuer à jouer dans notre pays si vos seuls interlocuteurs sont vos amis de la présidence?

Que vous reste-t-il encore comme marge de manœuvre si les autres acteurs politiques de l’autre camp et la société civile ne vous accordent plus le minimum d’estime et la confiance nécessaires à la mission qui est la vôtre ?

Vous brouillez volontairement, Monsieur l’ambassadeur, l’image et le discours de l’Amérique au Gabon. Par conséquent, nous demandons au Président Obama de décréter votre remplacement. Et souhaitons à la suite de votre départ un ambassadeur qui ne rapetissera pas son pays, qui n’oubliera pas la mission de l’Amérique dans le Monde ainsi que le rêve qu’elle suscite dans nos contrées y compris les plus reculées.

Nous imaginons évidemment le sarcasme que cette prétention va susciter chez vous. Mais laissez-nous vous dire que chaque semaine, nous ferons parvenir une lettre à la Maison blanche et au Département d’Etat à ce sujet jusqu’à ce que vous soyez relevés définitivement de vos fonctions au Gabon. Car votre mépris à l’égard des Gabonais qui auraient la malchance et la mauvaise idée d’être des contradicteurs de vos amis du Pouvoir gabonais est trop patent et insupportable !

Par la suite, rien ne vous interdit de revenir, à titre personnel, dans notre pays dont vous semblez tant apprécier l’hospitalité.

Vous remerciant d’avance de la suite positive et urgente que vous voudrez bien donner à cette invitation sincère et franche à quitter par vous-même le Gabon, nous vous prions, Excellence Monsieur l’ambassadeur, de bien vouloir trouver par ailleurs, les assurances de notre considération distinguée.

Pour le comité Désiré ENAME,

Journaliste, défenseur des Droits de l’Homme

#GABON-CONFÉRENCE NATIONALE SOUVERAINE: QUE PEUVENT NOUS APPRENDRE LES EXPÉRIENCES DE “CONFÉRENCES DE CITOYENS”

CONFÉRENCE NATIONALE SOUVERAINE: QUE PEUVENT NOUS APPRENDRE LES EXPÉRIENCES DE “CONFÉRENCES DE CITOYENS”?

(Nous continuons notre série de discussions entourant l’organisation prochaine de la Conférence nationale souveraine au Gabon. Nous abordons différents sujets d’intérêts pour un tel événement)

Qu’est-ce qu’une Conférence de citoyens?

Une conférence de citoyens (parfois appelée jury citoyen), c’est une assemblée temporaire désignée par tirage au sort ou choisie par une autre méthode aléatoire (démarchage dans la rue, etc.) pour aider à la prise de décisions politiques. Le but est de renforcer la participation citoyenne dans les processus politiques et/ou d’éclairer la prise de décision dans des situations complexes, en consultant un échantillon de la population.

Historiquement, les jurys citoyens s’inspirent du modèle des jurés d’Assises, d’où le nom de “jury” qui leur  est souvent donné, en particulier dans les pays anglo-saxons. Leur objectif est cependant de faire des propositions plutôt que de juger les décisions déjà prises.

Les conférences de citoyens sont utilisées à titre expérimental dans de nombreux pays depuis les années 2000. Ils ont un cadre plus officiel dans certains pays comme l’Allemagne (notamment à Berlin), le Danemark ou l’Espagne.

Les conférences de citoyens favorisent la mise en place des procédures de participation démocratique propres à favoriser et à enrichir le débat public et à instaurer une relation de confiance et d’écoute entre les citoyens et les pouvoirs publics.

Selon différentes recherches faites sur le modèle de “conférences de citoyens”, notamment par la Fondation Sciences Citoyennes, celles-ci sont généralement constituées de sept procédures permettant leur bon déroulement, tant dans la forme (le cadre) que dans le fond (le contenu) :

1. Un comité de pilotage réunissant des experts dans le domaine scientifique dont traite la conférence et des spécialistes de la procédure de conference de citoyens. Il détermine la formation à suivre ainsi que les formateurs.

2. Un groupe de citoyens ordinaires réunis de manière aléatoire, mais en assurant une grande diversité (sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, région d’origine, sensibilité politique, etc.).

3. Un facilitateur professionnel (animateur maîtrisant la dynamique de groupe ou un psychosociologue).

4. Un week-end minimum réservé à la formation et l’information la plus objective possible, suivi d’un week-end de formation aux enjeux, réalisé de manière contradictoire.

5. Un week-end « débat public », organisé pour répondre aux questions clés énoncées par les citoyens à l’issue de leur formation, dans lequel interviennent des experts et des « porteurs d’enjeux » pouvant être choisis par le groupe à cet effet.

6. Des recommandations élaborées par les citoyens à l’issue du week-end « débat public ».

7. Une conférence de presse pour donner lecture des recommandations de citoyens et/ou leur remise aux politiques.

Ces procédures, fil conducteur éclairant, ne sont pas à prendre au pied de la lettre. Elles peuvent, d’une part, être réajustées à l’objet qui concerne les organisateurs d’une conference de citoyens et d’autre part, être confrontées à d’autres regards et points de vue.

Rappelons ici que les conférences de citoyens sont nées dans un contexte de prise de décisions sur des sujets scientifiques particuliers et complexes, notamment en médecine. Dans le cadre d’une Conférence nationale souveraine comme celle qui est envisagée au Gabon, il est important de bien ajuster les procédures d’une Conférence de citoyens aux objets plutôt larges qui peuvent y être abordés.

Quelques exemples de conférence citoyenne

Conférences de consensus : un débat entre profanes et experts

Au Danemark d’où le modèle a été initié, une conférence de consensus est une enquête publique de 4 jours réunissant un groupe de 10 à 16 citoyens chargés d’évaluer un sujet socialement sensible dans le domaine de la science et de la technologie. A la suite d’une délibération extensive, ces profanes posent leurs questions à un panel d’experts (parmi lesquels des représentants de  groupes d’intérêts), évaluent leurs réponses, puis délibèrent entre eux. Le résultat de cette délibération est rendu public à la fin de la conférence sous la forme d’un rapport écrit, qui est ensuite adressé à des parlementaires, des scientifiques, des groupes d’intérêts et des membres du public.

Il s’agit d’un mécanisme de « facilitation de », et non de « substitut à » l’évaluation des technologies et la prise de décision par les institutions représentatives. Cette participation est d’autant plus efficace qu’elle s’appuie sur une société civile forte et structurée.

Publiforum : une manière d’évaluer avec les citoyens

En Suisse, le Publiforum (par exemple : “Electricité  et Société” en 1998, “Génie génétique  et alimentation” en  1999) poursuit deux objectifs : d’une  part, il met en contact les points de vue qui s’expriment au sein de la société et du public avec ceux qui caractérisent les milieux de la recherche, politique et économique afin d’encourager une compréhension mutuelle. D’autre part, les citoyens et citoyennes prenant part à  l’exercice reçoivent la  possibilité de s’exprimer sur la problématique soumise à discussion et d’en tirer des recommandations.

Le modèle NIP (Noyaux d’Intervention Participative)

Dans le NIP, des citoyens choisis au hasard travaillent pendant quelques jours en groupes d’environ 25 personnes, assistés par des modérateurs, des techniciens et des experts sur le thème en question. Ils développent et présentent leurs solutions au problème posé. Les participants sont libérés de leurs tâches quotidiennes, et perçoivent une rémunération.

Le modèle NIP offre une solution consensuelle à un problème concret. Il permet d’ouvrir la voie à une culture participative. Instrument de consensus et de dialogue, il favorise la communication entre les participants et contribue à éviter les conflits. Les décisions qui sont prises ne sont pas influencées par des intérêts particuliers, ce qui apporte à l’administrateur ou au gestionnaire un niveau supérieur de légitimité pour mener à bien un projet d’intérêt général.

Le NIP montre la capacité et le niveau de créativité des participants dans des situations où il faut comprendre, analyser, et résoudre les problèmes posés; il donne la possibilité aux techniciens et administrateurs de se rapprocher du citoyen et de son contexte de référence réel.

La méthode du panel des citoyens

Le panel de citoyens est un groupe de gens choisis selon une procédure aléatoire et libérés (avec une  rémunération) de leurs activités quotidiennes pour une période limitée, afin d’élaborer des solutions aux problèmes, avec l’aide de “médiateurs de processus”. Dans cette méthode, les citoyens agissent comme des évaluateurs ou des planificateurs non professionnels. Le panel de citoyens vise à faire émerger des propositions consensuelles.

Le sondage d’opinion délibératif (SOD)

Le SOD consiste à réunir un échantillon sélectionné au hasard parmi l’électorat national pendant quelques jours, pour le soumettre à un processus de discussion de certaines questions politiques.

Les forums de discussion

Les forums de discussion sont des instruments de participation permettant à des citoyens volontaires de prendre part à des discussions sur des enjeux politiques. Ils ne visent pas à influencer directement les décisions politiques, mais à encourager le dialogue et la délibérationentre citoyens. Aux États-Unis, plusieurs centaines d’organisations civiques et éducatives se sont fédérées pour débattre ensemble et simultanément des mêmes thèmes ayant rapport à  la  vie publique  du  pays (les National Issues Forums).

CLG